Aller au contenu principal

"Les vols, la sécurité, c'est l'affaire de tous"

Régulièrement, la question des vols dans les exploitations agricoles est soulevée. La semaine passée, en Ille-et-Vilaine, la FDSEA a rencontré des représentants de la gendarmerie, avec l'ambition de mettre en place une action de prévention. Cette même démarche se déroule dans chaque département breton.

Capitaine Olivier Tourangin et adjudant chef Pascal Menada, de la gendarmerie nationale.
Capitaine Olivier Tourangin et adjudant chef Pascal Menada, de la gendarmerie nationale.
© Terra

Quelle est la situation aujourd'hui ? Constatez-vous une recrudescence des vols ?

Adjudant chef Menada. Non il n'y a pas de recrudescence. En terme de chiffres, nous faisons pratiquement le même constat depuis 5 ou
6 ans. Nous faisons beaucoup de prévention dans tous les domaines. L'ambition est d'éviter de laisser ce phénomène se développer comme dans d'autres régions. La particularité des vols en milieu rural est qu'ils concernent les exploitations agricoles comme les maisons d'habitation. Les deux se trouvent en général sur les mêmes lieux. Sont quand même apparus chez nous des vols de gros matériel, de petit matériel, de bestiaux, de véhicules. On voit quand même aujourd'hui des vols de tracteurs en Bretagne, pas très souvent mais cela arrive.

 

Capitaine Tourangin. C'est l'opportunité qui va faire le délinquant. Il vise un bien qu'il veut voler. Mais sur le site, s'il peut emmener quelque chose qui l'intéresse, il le fera. Cela sera de l'outillage électro portatif, des animaux,… du fuel. Il va là où il prend le moins de risque, là ou l'opportunité est la meilleure. Sur une exploitation agricole, les clefs sont quelquefois sur les véhicules, sur les tracteurs, le carburant, le fuel est dans un hangar ouvert. On vole aussi dans les congélateurs, c'est ouvert dans le fond d'un hangar !

Le délinquant a une forte capacité d'adaptation, que l'on ait à faire à des bandes organisées ou à des gens qui agissent de manière isolée, tout ce qu'ils peuvent voler,  ils le feront. Tout ce qui a une forte valeur ajoutée, ce qu'ils peuvent revendre, ils prennent.

 

Concrètement, que va-t-il se passer ?

Capitaine Tourangin. Un Plan national anti cambriolage a été mis en place, à l'intérieur duquel a été décliné un plan de prévention des vols en matière agricole. Le but est de mettre en place un plan de sécurité des exploitations agricoles dans chaque département, à destination des personnels des gendarmeries et, au travers des chambres d'agriculture, de sensibiliser les exploitants et de mettre en place un système d'alerte par SMS ou par mail. Nous allons alerter les exploitants lorsqu'il vient de se passer quelque chose. Le centre opérationnel, qui regroupe tous les appels au 17, va, par l'intermédiaire d'un prestataire de service, envoyer un message par mail ou sur les téléphones portables avec pour objectif d'alerter et rendre toutes les personnes vigilantes. Ce système d'alerte par SMS existe déjà chez les commerçants. Sous un mois ou deux, les chambres d'agriculture seront chargées de récolter les données pour mettre en place ce système d'alerte.

 

Mais comment un agriculteur peut-il agir sur son exploitation ?

Adjudant chef Menada. Des référents sûreté ont été désignés. Ils vont superviser des "correspondants sûreté" au sein de chaque unité de gendarmerie du département, qui seront à même de dispenser des conseils de sécurité, à la demande des exploitants agricoles, pour se protéger ou prévenir les vols. Cela pourra se faire sous forme de réunions collectives ou lors d'une simple consultation. Le référent sûreté va prodiguer les bons conseils, il va préconiser des comportements, des moyens techniques, organisationnels et pas coûteux, abordables, efficaces. L'agriculteur n'est souvent pas prêt à investir sur la sécurité, il a d'autres priorités.

 

Capitaine Tourangin. L'opération cible essentiellement les vols. Ceux-ci ne sont pas que l'affaire des forces de l'ordre et de l'état, c'est l'affaire de tous et de chaque citoyen. Chacun doit être acteur de sa sécurité et de celle de son exploitation.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité