Aller au contenu principal

L'espace agricole, un bien à préserver

Lors de son colloque annuel, Force 5 a plaidé pour une utilisation économe du foncier agricole. Il en va de l'avenir d'un secteur nécessaire à l'économie départementale.

Fédération des chambres consulaires d'Ille et Vilaine, Force 5 se penche chaque année sur un sujet stratégique pour l'économie départementale. Après la logistique et les éco-activités, c'est à l'utilisation du foncier qu'elle s'est intéressée, lundi 15 juin. Car, avant d'être une réserve pour l'urbanisation et les loisirs, le foncier est le support de l'agriculture. Une agriculture qui ne délocalise pas ses emplois et résiste plutôt mieux que les autres secteurs à la crise. Souvent minimisé, le poids réel de l'agriculture est primordial pour l'économie locale. L'agriculture et l'agroalimentaire représentent, directement et par les activités induites, comme les transports, près de 40% du chiffre d'affaire des entreprises bretonnes.

Pour que l'agriculture continue d'alimenter l'économie, il faut qu'elle dispose de suffisamment d'espace. Or, les terres bretonnes s'artificialisent. "En plutôt plus vite qu'ailleurs", analyse le géographe et président de Bretagne prospective Jean Ollivro. La surface artificialisée représente 811m2 par habitant en Ille et Vilaine, contre 751m2 en moyenne nationale. Entre les villes et les littoraux, ce sont les espaces agricoles qui se réduisent comme peau de chagrin. Entre 2000 et 2007, la SAU a perdu 25.000 ha. La Bretagne est attractive. Sa population devrait gagner 430.000 habitants d'ici 2030. Il faut donc trouver où les loger. Se pose alors la question du modèle d'organisation territoriale. "La hausse du coût de l'énergie impose de rapprocher habitat et emploi, suggère Jean Ollivro. Comme il nous faut inventer des logements plus économes en foncier. L'Allemagne a bien réussi à trouver un modèle deux fois moins gourmand en foncier". Il en va du développement économique de la Bretagne. "Sans foncier, plus d'agriculture. Il ne faut pas espérer qu'une économie résidentielle, une région transformée en résidence secondaire aura de l'avenir, souligne Jean Ollivro. Pour vivre, une région doit avoir une économie de production". Donc du foncier, support de l'agriculture.

 

Ralentir l'artificialisation

Si on continue à le consommer au rythme actuel, le foncier agricole pourrait perdre 70.000 ha d'ici 2030. Soit 211 millions de productions agricoles en moins pour l'économie ou 2250 actifs agricoles en moins. "Il est urgent d'économiser la SAU et de maintenir la vivabilité agricole des territoires", plaide Gilles Guillomon, secrétaire général de la chambre d'agriculture. Un effort que doivent faire toutes les collectivités. "Il est possible de travailler en amont, de faire des réserves, de prévoir des lotissements moins consommateurs d'espace", estime Joseph Le Lez, maire de Bréteil. Le choix doit être tant collectif qu'individuel, en renonçant au sacro-saint pavillon pour envisager un habitat plus collectif. Des outils existent pour mieux partager le territoire avec les Scot et les Plu, les chartes de pays, le nouvel Etablissement public foncier. Reste, parfois, à les coordonner, à en dégager une véritable cohérence territoriale. "Les centres de décisions pour toutes ces questions sur le foncier sont trop dispersées", reconnait Franck Oliver Lachaud, secrétaire général de la préfecture. Pour accompagner les collectivités, la Safer travaille à leurs côtés pour réaliser des réserves qui permettront à l'agriculture de s'adapter à l'urbanisation et d'en compenser au maximum les impacts.

"Le débat sur le foncier est compliqué car il y a beaucoup d'intérêts, parfois contradictoires, en jeu, analyse Jean Ollivro. Il faut trouver des espaces de concertation, dégager un projet commun". Comme vivre dans une région dynamique où urbanisation et agriculture cohabitent sans conflit.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Former 150 jeunes chaque année
Le groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son centre de formation va ouvrir cette année. 150 jeunes y seraient formés…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité