Aller au contenu principal

Locminé roulera au biogaz

Ils l'ont faite leur révolution écologique à Locminé, petite commune du centre Morbihan. Comment réduire leurs émissions de CO2 ? Tout a commencé avec cette réflexion, au niveau de la communauté de communes. Après le bois local pour se chauffer, place à la méthanisation pour rouler.

"Nous avons voulu associer économie et écologie, pragmatiques et concrets. Pourtant, on nous a pris pour de doux dingues", se souvient Grégoire Super, maire de cette ville de 4200 habitants. Un choix pour réduire l'impact sur l'émission de gaz à effet de serre et le changement climatique mais aussi faire fonctionner l'économie du territoire avec les acteurs locaux.  Alors, pour chauffer le centre aquatique, la salle de sport, un collège, un équipement multifonctions et la conserverie Union Fermière : une chaudière de 1,5 MW alimentée par du bois local fourni, entre autres, par des agriculteurs. Lycée et petit lotissement se raccorderont bientôt à ce réseau de chaleur.

AprËs la biomasse bois, le gaz

C'est désormais à la production de méthane, issu des ressources organiques du territoire, à laquelle s'attaque Locminé. Déchets des usines agroalimentaires tel que le charcutier industriel Jean Floc'h, l'Union Fermière ou encore des abattoirs, mais aussi les lisiers de 10 exploitations, boues de la station d'épuration et déchets verts qui alimenteront l'unité de méthanisation. L'idée ? "Pour utiliser du biogaz GNV (gaz naturel véhicule) en carburant directement utilisable dans nos bus, nos véhicules, nos camions bennes et aussi pour les voitures particulières, on a créé une station service", se réjouit l'édile. Tel est le projet Liger,  pour Locminé Innovation et Gestion des Énergies renouvelables. Le moyen d'anticiper la réglementation sur la transition énergétique obligeant d'ici 2020 les collectivités à rouler aux carburants non fossiles pour 25 % de leurs véhicules et à  installer des stations tous les 150 km.  Et fin 2014, pour un budget de 14 millions d'euros, l'usine de méthanisation (1,5 MWe) produira du carburant propre (l'équivalent de 300 000 l de gasoil/an) et son indépendance énergétique.  "Nous fabriquerons 4 énergies vertes, de la chaleur, de l'électricité, du GNV, et des bio-fertilisants, toutes issues du territoire", résume le premier magistrat de Locminé qui a créé l’événement jeudi dernier en organisant, le premier colloque sur le biogaz GNV regroupant, élus, industriels, collectivités, transporteurs, chambres consulaires, agriculteurs, chercheurs.

Carburant des tracteurs ?

En matière de biogaz, "le potentiel est agricole et rural tant en matière de gisements qu'en matière de retour au sol", pour Armelle Damiano, ingénieure Biogaz à l'association Aile. D'où l'intérêt que le monde agricole se saisisse de la question.  Le gisement agricole, ce sont "les déjections animales, les résidus de cultures et cultures intermédiaires". L'utilisation dans le tracteur après méthanisation ? "Ce n'est pas rentable aujourd’hui d'épurer et de compresser de petits volumes en discontinu" pointe t-elle (lire aussi l'encadré : Vous avez dit biogaz GNV). Des travaux sont en cours, notamment dans le cadre du programme européen Biométhane régions. En Nord Vendée et au Lycée agricole du Gros Chêne à Pontivy sont nés deux projets après méthanisation, d'épuration pour injection dans le réseau de gaz. En Mayenne, la FD Cuma planche sur l'alimentation des tracteurs en Cuma. Reste un problème majeur. "On ne consomme pas tout ce qu'on produit en même temps". Sans compter l'absence de stratégie française : "il n'y a pas de station, alors l'offre de  véhicules ne se développent pas". Un vrai serpent qui se mord la queue, contrairement à la Suède ou bien l'Italie où les stations sont légion car on l'aura compris : le développement du Biogaz GNV passe par le développement du GNV qui repose sur une volonté de développer le gaz.... Or l'électricité a le vent en poupe dans l'hexagone.

 

Vous avez dit Biogaz GNV ?

Biogaz GNV : obtenu par transformation des déchets organiques en méthane, le biogaz (60 % de méthane et 39 % de CO2) doit être ensuite épuré de son hydroxyde de soufre, très corrosif, et de son CO2, puis compressé à un minimum de 200 bar pour obtenir un biogaz GNV, Gaz naturel Véhicule très riche en méthane. Cette compression est suffisante pour un remplissage lent de réservoir sans stockage. La compression est le moyen utilisé pour réduire le volume de ce gaz, car 1 m3 de biogaz équivaut à un litre de gasoil. A 200 bars, 4 l de biogaz GNV = 1 litre de gasoil.  S'il faut stocker ce gaz, il faudra le compresser à 250 bars. Pour être injecté dans le réseau, ce gaz doit respecter la norme ISO 15403.

Gaz naturel : combustible fossile composés d'un mélange d'hydrocarbures présents dans des roches poreuses sous forme gazeuse.

GPL est un gaz de pétrole qui est liquéfié par un passage à moins 161 °C.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité