Aller au contenu principal

L'Urcéo dans l'ère des biotechnologies

La sélection génomique était au cœur de l'assemblée générale de l'Urcéo, le 8 avril dernier à Rostrenen (22). 2010 marque en effet le lancement d'un département biotechnologies à Créavia.

Jean-Pierre Mourocq, président de l'Urcéo.
Jean-Pierre Mourocq, président de l'Urcéo.
© Terra

Créavia, rapprochement en 2008 des schémas de sélection de l'Urcéo, Génoé, Ualc et Midatest, a lancé son département biotechnologies au 1er janvier 2010. Après un an de mise en place, Créavia biotech représente "un vrai bouleversement", selon son responsable, Frédéric Charreaux. "Le premier changement important, explique-t-il, concerne la voie mâle. Les taureaux seront désormais aussi bien connus à leur naissance qu'après 5 ans de testage, voire mieux sur les caractères fonctionnels (fertilité, cellules, etc.). On va faire plus de sélection avec de jeunes taureaux, malgré un moindre potentiel de production (entre 85 000 et 140 000 doses au bout de 36 mois de vie)". Au final, les mises en production seront plus rapides, les carrières plus courtes, les taureaux de meilleurs niveaux, et la fiabilité améliorée.

 

Production intensive d'embryons

La voie femelle change aussi, avec la connaissance de la valeur génétique comme chez les mâles. "C'était inimaginable il y a quelques années", souligne Frédéric Charreaux. Le schéma de sélection s'appuiera sur des génisses démultipliées en station de donneuses de manière très importante, à raison de 26 embryons par femelle. La Fécondation in vitro (FIV) permettra, en outre, de produire deux fois plus d'embryons que la méthode classique. Un premier laboratoire de FIV sera ainsi opérationnel, à Blain, dès le mois de juin. Un autre est en cours d'installation à Plounévézel. Au total, la production va passer de 4 000 à 8 000 embryons à l'Urcéo, et 10 000 pour Créavia. Mais, avec cette nouvelle mission, confiée à Créavia biotech, de production intensive d'embryons, on comprend que le placement sur les porteuses se complique. "Un réseau de 1 000 éleveurs est mobilisé, souligne André Rohou, responsable de la transplantation en ferme. On doit travailler en flux tendu pour obtenir les meilleurs résultats. Le schéma va s'accélérer, ce qui implique de collecter très rapidement et de placer le plus possible en frais, en priorité sur des génisses. Cette logistique est un nouveau travail chez nous".


Plus de fiabilité avec la génomique

Opérationnelle en France depuis octobre 2008, grâce à l'investissement collectif des entreprises de sélection et des centres de recherche, dès 2002, la sélection génomique est aujourd'hui accessible aux races prim'holstein, montbéliarde, Pie rouge et normande. Selon Serge Paran, invité de cette AG et président de l'Uncéia(1) pendant sept années, "la recherche de QTL(5) par la SAM 2(3) combinée à la sélection génomique pure, donne à la France une avance substantielle sur la plupart des pays dont les Etats-Unis, notamment en termes de fiabilité". Une avance que l'interprofession consolide dans EuroGenomics par des partenariats européens qui permettent "d'accroître la population de référence à 16 000 taureaux et d'obtenir donc de meilleurs coefficients de détermination".
"On a su investir la génomique et créer un tout nouveau schéma de sélection au travers de Créavenir", se félicite pour sa part Jean-Pierre Mourocq, président de l'Urcéo. Au regard de ces changements, profonds et positifs, "2009 est une des plus grandes années jamais connues" à la coopérative. Le président regrette, hélas, qu'il n'en soit pas de même concernant la conjoncture laitière.



(1) Union nationale des coopératives d'élevage et d'insémination animale.
(2) Quantitative trait locus (gène marqueur d'un caractère phénotypique de l'animal).
(3) Sélection assistée par marqueurs.

Vie de la coopérative

Activité 2009 - L'Urcéo réalise un chiffre d'affaires de 24,8 millions d'euros en 2009. Le climat morose a impacté les ventes de semences et de prestations. 3,3% d'inséminations ont été réalisés en moins en races laitières qui représentent 90% de l'activité de l'Urcéo. Une reprise des croisements industriels est en contrepartie observée. Les races à viande progressent de 6,8%, dont +3,3% pour la race Blanc bleu belge.
Taurellerie de Saint-Aubin - La coopérative affichait en fin d'année un résultat net négatif de 7 millions d'euros, suite à une "volonté politique d'amortir intégralement la nouvelle station de Saint-Aubin-du-Cormier en une année". Jean-Pierre Mourocq se réjouit de la construction de cette taurellerie "à la pointe de la technologie, mais sans impact sur le prix des prestations". Avec elle, l'Urcéo compte maintenant 5 centres de production de semences dans l'Ouest.
Ouverture - Le conseil de l'Urcéo, constitué de 11 administrateurs, s'ouvre à la race Pie rouge, représentée par Rémi Briant, ainsi qu'aux races à viande, avec Olivier Le Moign.
Vente de reproducteurs - L'assemblée a voté l'extension de l'activité de la coopérative à la vente de bovins reproducteurs, "une activité complémentaire" à laquelle l'Urcéo tient depuis 20 ans. Avec 12 000 animaux commercialisés en 2009, dont 11 000 Prim'Holsteins, Ouest Genis', fusion des coopératives Genis' Bretagne et Ouest génisses, est le principal acteur français dans la vente de bovins laitiers, "à la hauteur de ce que font les Allemands et les Hollandais", estime Jean-Pierre Mourocq.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité