Aller au contenu principal

Mâles entiers : Cooperl prend une longueur d'avance

L'élevage de porcs mâles entiers crée des remous au sein de la filière. Pour certains, l'avance prise par le groupe Cooperl va à l'encontre des intérêts de l'organisation collective. Les responsables du Comité régional porcin de Bretagne et de l'Arip l'ont exprimé en assemblée générale lors d'une rencontre entre opérateurs de la filière.

Une déclaration signée par les acteurs européens de la filière porcine prévoit l'arrêt de la castration physique en 2018. Contrairement aux Pays-Bas, qui portent le développement de l'élevage de mâles entiers (40% des élevages), "la France et l'Italie ont peu bougé", déclare Patrick Chevillon, ingénieur à l'Ifip. En Allemagne, 10% des élevages ont stoppé la castration. Les abatteurs Vion, Tonnies et West Fleisch utilisent la technique du "nez humain" pour détecter sur les chaînes d'abattage les animaux porteurs d'odeurs sexuelles. L'Allemagne l'a même intégrée dans son cahier des charges depuis le 1er juillet 2012. En France, des travaux de recherche ont débuté au sein de l'Arip, avec les organisations représentatives de l'amont et de l'aval, dans deux directions. D'un côté, il 'agit du projet Drosme(1) qui vise à doter les abattoirs d'un outil technologique capable d'identifier les carcasses selon les contraintes d'abattage; de l'autre, le projet "Elevage et valorisation de verrassons" teste la validité des techniques de "nez humain" utilisées dans le nord de l'Europe.
Dans ce dossier, la France fait preuve de prudence face à la crainte de rebuter le consommateur. "Elle a une volonté de rigueur face à la pression européenne. Il faut avancer avec grande prudence", remarque Fortuné Le Clavé, président du CRP Bretagne, dont la position rejoint celle des maillons abattage, transformation et distribution. Pour Patrice Le Mée, représentant du SNIV-SNCP, la précipitation n'est pas bonne conseillère. "Si, demain, 10 à 20% des porcs sont concernés par des odeurs, que fait-on de cette viande", demande-t-il.

La Cooperl anticipe

La Cooperl n'adopte ni ce discours, ni cette stratégie. Et a même pris un galop d'avance. "Nous avons été voir nos principaux concurrents. C'était jouable. Aujourd'hui, nous pensons utiliser la méthode de détection la plus sécurisée qui existe", explique Patrice Drillet, vice-président du groupe Cooperl. Depuis un an et demi, 40 éleveurs ont arrêté de castrer les mâles dans la plus grande discrétion. L'organisation en filière verticale du groupe a facilité la démarche.
En proie à de la distorsion de concurrence avec l'Allemagne, la Cooperl n'a pas souhaité laisser filer ce dossier crucial. "L'Allemagne s'intéresse aux mâles entiers. On ne va leur donner l'occasion de nous marcher dessus". Et face à la hausse des charges, la production de mâles entiers a des atouts indéniables : baisse de l'indice de consommation, réduction des rejets d'azote et de phosphore... "Cela baisse les charges des éleveurs. Avec un aliment à 300 e/t, le moindre 10e de point d'indice a de l'importance. Et puis, il ne faut pas oublier que nous sommes confrontés à la pression environnementale et à celle des "welfaristes". C'est de l'anticipation", précise Patrice Drillet.

Pour ou contre ?

Reprochant mi-figue, mi-raisin, le côté "cachotier" de l'affaire, Fortuné Le Calvé a réagi. "J'aurai aimé que la démarche soit plus collective. Dans les plus brefs délais, toutes les OP et les abattoirs doivent travailler sur ce dossier". Pour Patrice Drillet, la demande faite auprès du CRP Bretagne d'avancer sur le sujet, il y a deux ans, n'a pas porté ses fruits. "On est parti". Quant aux avis, ils sont partagés. Certains approuvent le rôle moteur de la Cooperl alors que le nord de l'Europe et l'Espagne avance rapidement sur le sujet. D'autres reprochent la création de distorsion entre les acteurs amont de la production porcine française. Quoi qu'il en soit, un pavé a été lancé dans la marre.
Emmanuelle Le Corre

(1) Drosme : détection rapide d'odeurs sexuelles de mâles entiers.

Philippe Bizien, nouveau président

A l'issue de son assemblée générale, le conseil d'administration du Comité régional porcin de Bretagne a désigné Philippe Bizien, successeur de Fortuné Le Calvé (président depuis 1997). Philippe Bizien, âgé de 43 ans et père de 2 enfants, s'est installé en production porcine en 1997. Il est actuellement à la tête d'un élevage naisseur-engraisseur, à Landunvez, dans le Finistère.

2 e : la référence "pivot"

Lors de sa dernière AG, Fortuné Le Calvé a rappelé qu'en matière de prix du porc, "la nouvelle barre psychologique va rapidement atteindre 2 e. C'est cette nouvelle référence que doivent intégrer urgemment les opérateurs aval de toute la filière. La flambée des matières premières engagées depuis plusieurs semaines, brutale par son ampleur et sa rapidité, est effrayante pour les éleveurs, car durable".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité