Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Manifeste pour une PAC équitable et durable

Réunies au sein de la coalition des Agrirégions, quatorze régions1, dont la Bretagne, issues de six États membres de l'Union européenne2, ont profité du Space pour signer un manifeste, "pour une PAC équitable et durable, au service des territoires". Pour la PAC post 2020, elle appelle de ses vœux un budget maintenu et un maintien des autorités de gestion régionales du développement rural.

Space 2019
En signant ce manifeste, la coalition des Agrirégions entend dire non à une renationalisation de la PAC et encourage l'autonomie des régions.

Tous les sept ans, l'Union européenne adopte un nouveau cadre budgétaire. C'est l'occasion de redéfinir les priorités et d'ajuster les grandes politiques communautaires, au premier rang desquelles la Politique agricole commune. Les réformes qui seront mises en œuvre dans la programmation 2021-2027 se négocient actuellement. Créée en 2018, la coalition des Agrirégions a pour objectif de convaincre et de prouver, par l’exemple, à quel point l’efficacité de la PAC repose sur la prise en compte des spécificités locales qui permettent d’adapter les réponses aux réalités et besoins de chaque territoire. La Région Bretagne, qui coordonne cette coalition est fortement mobilisée "pour que le budget dédié soit à la hauteur des enjeux et que les fonds Feader (2e pilier de la PAC) soient gérés à l’échelle régionale", comme l'a souligné Olivier Allain, vice-président du conseil régional, à l'occasion du Space.

En l’état actuel des discussions au niveau européen, l’enveloppe allouée à la Bretagne diminuerait de 12 % (moins 53 millions d’euros) alors qu’au niveau national, cette baisse serait de 5 %. Sans compter que le gouvernement envisage de récupérer les MAEC (mesures agro-environnementales), et les fonds alloués à la bio, soit 250 millions d’euros. À l'heure de signer ce manifeste, le président du conseil régional de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard a rappelé que "c'est dans la diversité de ses territoires et de ses productions que l'agriculture européenne, puise toute sa richesse". En d'autres termes, c'est sa diversité qui fait son unité. Et d'ajouter : "Nous appuyons notre stratégie régionale, le bien-manger pour tous, autour de deux grands piliers que sont l'agroécologie et l'autonomie alimentaire. Nous devons régionaliser la PAC, car c'est comme ça que l'on pourra faire les changements".

 

Plus on va décentraliser, plus on va aller chercher de la proximité.

Distorsions entre régions ?

Intervenant lors d'une table ronde sur le sujet, Joël Limousin, vice-président de la FNSEA s'est interrogé sur cette ambition régionale de la PAC. "Est-ce que vous n'allez pas créer des distorsions entre les régions et quelle sera la combinaison entre la politique d'investissement globale, gérée au niveau national, et des stratégies de territoires différentes ? "Un disocurs prolongé par André Sergent, président des chambres d'agriculture de Bretagne, qui met en avant sa vision "pro-européenne", mais aussi la nécessité d'avoir "une logique européenne, notamment face aux problèmes de distorsions de concurrence".

En Europe, d'autres régions partagent la vision bretonne et ses ambitions. "L'agriculture d'Émilie-Romagne se distingue par la qualité de ses productions, le taux élevé d'innovation et la durabilité des pratiques agricoles. Nous sommes leader en Europe pour le nombre (Ndlr 44) de produits AOP et IGP, et pour la diffusion de produits biologiques. Pour que les besoins des agriculteurs d'Émilie-Romagne soient renforcés par la future PAC, il est essentiel de créer un réseau avec les autres régions européennes. La coalition des Agrirégions est née précisément pour cela", souligne Simona Caselli, ministre régionale.

"En tant que coalition, ajoute Simona Caselli, nous nous mobilisons depuis 2018 pour exiger le renforcement du budget de la PAC et la reconnaissance du rôle fondamental des régions, notamment en ce qui concerne la gestion des fonds de développement rural. Sur cette question cruciale, nous avons déjà obtenu des résultats importants grâce à certains amendements au projet de réforme Hogan, approuvés en avril dernier par la commission "Politiques agricoles" du Parlement européen. Maintenant que le nouveau Parlement a été installé et que le nouveau commissaire à l'agriculture a été nommé, il s'agit de reprendre et de relancer notre combat avec encore plus de force et de visibilité". Enfin, alliée de la Bretagne sur cette question, la région Pays de la Loire, représentée par sa conseillère Lydie Bernard a mis en avant la défense de l'élevage. "Et si on prend position pour garder le 2e pilier, c'est car nous pensons que plus on va décentraliser, plus on va aller chercher de la proximité et plus on va gagner en efficacité". À noter que le manifeste signé à Rennes sera envoyé au nouveau commissaire de l'UE, Janusz Wojciechowski, ainsi qu'aux membres de la commission des politiques agricoles du Parlement européen renouvelé.

 

(1) Les 14 régions :  Bretagne, Pays de la Loire, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Emilie-Romagne, Toscane, Sud-Tyrol, Andalousie, Castille-et-Léon, Estrémadure, Açores, Bavière, Bade-Wurtemberg, Wielkopolska. Elles représentent environ 13% de la population de l’UE et environ 18% de la SAU de l’UE .

(2) Les six États membres : France, Italie, Espagne, Portugal, Allemagne, Pologne.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
Vignette
Langouët : la CR analyse les eaux

Au mois de mai 2019, Daniel Cueff, maire de Langouët, a interdit l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à une distance…

Publicité