Aller au contenu principal
Font Size

PORTRAIT
Maurice Even - Éleveur : Auprès de mes Limousines, qu’il fait bon, fait bon, fait bon...

Éleveur au pays des peintres, peintre lui-même à ses heures perdues, Maurice Even vient tout juste de prendre sa retraite après 40 ans passés auprès de ses Limousines. Portrait d’un habitué des rings qui, une fois tournée la page, s’apprête à cultiver d’autres passions.

Pour son dernier concours avant son départ en retraite, Maurice Even (ici avec Lisa, sa fille), a fait le déplacement avec 6 animaux et remporté les prix de meilleure qualité bouchère avec Nina Ricci et de meilleur animal issu d'IA avec Marjolaine.

En cet après-midi d’hiver pluvieux, les étables de Kercaudan, à Pont Aven (29) sont silencieuses. Une première depuis 40 bonnes années. "Quand je me suis installé, en 1978, mes parents avaient arrêté la production laitière depuis une dizaine d’années pour se consacrer aux productions porcine et avicole, se souvient Maurice Even. C’est moi qui ai voulu réintroduire des bovins sur la ferme, pour valoriser nos parcelles en pente et nos prairies au bord de l’Aven, régulièrement inondées en hiver".
Si la Charolaise règne alors en maître sur les herbages bretons, Maurice lui préfère la Limousine, qu’il a eu l’occasion de découvrir dans le berceau de la race, à Limoges, lors de son oral de BTS. "À l’époque, déjà, je m’étais dit qu’un jour, j’en élèverai". Son service militaire accompli, il rejoint la ferme familiale et monte peu à peu son troupeau, pour atteindre une soixantaine de mères. "J’ai commencé par acheter des broutardes à Laz et du côté de Redon".
Conseillé par René Danion, le président fondateur de Limousine Finistère, il rejoint aussitôt le syndicat de race et s’y investit peu à peu, pour finir par en assumer la présidence de 1991 à 2006, avant un intérim de 2-3 ans, au milieu des années 2010. Adepte des concours, il en foule les rings pendant près de 40 ans, toujours avec le même plaisir. "Il y a une bonne ambiance entre éleveurs, note Maurice, qui apprécie la convivialité de ces rencontres. C’est un moment d’échange, qui nous permet de nous comparer".
Soucieux de défendre les intérêts de la profession, il relance le syndicat local FDSEA de Pont Aven, avant d’être élu président de canton. Et participe au lancement du label rouge Blason prestige. "Ces dernières années, tout le monde cherchait une solution pour mieux valoriser ses animaux. Avec 7 autres éleveurs, on livrait deux bêtes par semaine au Leclerc de Quimperlé".
L’heure de la retraite ayant désormais sonné, Maurice a dû se séparer de son troupeau. "Un post sur Facebook et en 10 jours, tout est parti dans 7 élevages, dans le Calvados ou les Côtes d’Armor, en Vendée ou Finistère…". Déjà, il pense à demain : peindre avec le Hang’art, rouler avec les cyclo-randonneurs de Pont-Aven, ressortir sa moto…, en attendant qu’Armelle, son épouse, le rejoigne en retraite. Et range ses derniers souvenirs d’éleveur. "En janvier, Octopus, mon dernier veau, s’est vendu à la station de Lanaud. Et j’ai décroché une 4e place au challenge génétique Upra, à un petit point du podium".

 

Une robe froment vif

Avec sa robe froment vif, la Limousine est la seconde race allaitante française. Ni la plus grande ni la plus lourde, elle conjugue qualités maternelles et d’élevage. Avec un rendement carcasse parmi les meilleurs et un très bon taux de muscles, grâce à la finesse de ses os, elle possède aussi des aptitudes bouchères remarquables. Et sa viande au grain fin est réputée pour sa tendreté.

 

National à Quimper

NATIONL QUIMPER

Disposant d’un noyau d’éleveurs bretons "hyper-motivés", le Finistère a remporté l’organisation du National limousin en 2005. Et ce sont plus de 400 animaux de toute la France qui ont pris le chemin de Quimper en septembre, pour trois jours de concours. Une aventure un peu folle et un souvenir indélébile pour les organisateurs, pas peu fiers d’avoir réussi à mener à bien cet exploit !

 

Le Hang’art

HANG'ART

S’inspirant du Pop art d’Andy Wharhol, les peintres du Hang’art, à Nizon, ont des centaines de tableaux à leur actif et ont même exposé à New-York ! Co-fondateur du groupe, Maurice Even s’attelle à la réalisation de l’affiche du National avec quelques passionnés. Si les standards de la race en matière de couleurs n’ont pas été respectés, on reconnaît bien la morphologie du taureau Limousin !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Méthanisation : un procédé d’avenir, moyennant quelques précautions
L’affaire a fait grand bruit dans le Finistère : en début de semaine dernière, une fuite provenant d’une unité de méthanisation a…
Une nouvelle équipe chez les Jeunes agriculteurs
S’ils ont tenu leur assemblée générale juste avant le confinement, le Covid a ensuite bloqué les élections du Bureau et du…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Publicité