Aller au contenu principal

Maxi-couv' : du prototype à la démocratisation

Dans le cadre des marchés d’animation agricole des bassins versants, le syndicat mixte de l'Horn et les chambres d’agriculture ont accueillis une vingtaine d'agriculteurs à la démonstration de semis de phacélie avant la récolte de l’orge, à l’aide d’un prototype de semoir construit par les établissements Devrand (22).

Impressionnant, le maxi-couv, engin de 24 mètres de long, fait la démonstration de sa capacité de semis à la volée, de couverts végétaux sur orge. Conseiller agronomique aux chambres d'agriculture de Bretagne, David Bouvier accompagne un groupe d'agriculteurs du bassin versant d’Arguenon (22) qui travaille pour "trouver un moyen de semer les couverts végétaux plus vite et plus tôt". Après de nombreux essais et en partenariat avec les établissement Devrand, ils développent le maxi-couv'. La machine est équipée d'une rampe sur laquelle deux semoirs à la volée - centrifuge - sont positionnés aux extrémités. Si les premiers résultats sont probants, les conditions de réussite qui ont été établies sont strictes. Le conseiller explique que "le semis doit être effectué lorsqu'il y a assez d'humidité au pied des céréales pour que la germination des graines puisse se faire". Une première condition à laquelle s'ajoute la capacité à semer le couvert dans les dix jours avant la moisson pour permettre aux plantes de capter la lumière dès leur levée. À ce stade, il est également recommandé de semer dans des parcelles relativement propres, exemptes de vivaces (liseron/laiteron) car aucun outil ne pourra passer pour freiner les adventices.

Des intérêts partagés

Initiée dans un bassin versant, cette technique de semis combine intérêt pour le bassin versant et intérêt pour l'agriculteur qui gagne en temps avec un passage d'engin de 24 mètres à 6 km/h, qui limite sa consommation de fuel et l'usure du matériel. Semé précocement, le couvert profite davantage des conditions estivales pour se développer et produit ainsi plus de biomasse. Il restituera donc plus de matière organique au sol, et surtout, il captera mieux l'azote du sol avant l'hiver, réduisant d'autant les risques de lessivage durant la période hivernale. La plupart des bassins versants regardent cette technique avec intérêt car elle propose une meilleure couverture du sol et donc un environnement préservé.

Investir en groupe

"C'est indispensable de faire cet investissement en groupe que ce soit en Cuma ou en petit groupe de trois agriculteurs. Avec la multiplication des conditions de réussite du semis, ce n'est pas envisageable de faire 100 % de ses couverts végétaux avec le maxi-couv', explique David Bouvier. Ce nouvel outil est un plus, mais le semis avec travail du sol restera nécessaire sur certaines parcelles, comme pour les faux-semis ou la gestion des vivaces en inter-cultures". L'intérêt d'investir en groupe est d'autant plus fort que les surfaces concernées sont restreintes par exploitation. Et le débit de chantier assez important de la machine permet de couvrir beaucoup de surfaces en quelques jours.

Du prototype à une version plus aboutie

Après deux ans d'expérimentation, la machine présentée est encore au stade du prototype. Les établissements Devrand, en partenariat avec les chambres d'agriculture et les bassins versants, l'ont conçue pour 10 000 euros. Si la méthode se "démocratise", une version plus facile à transporter sur route est à l'étude. Son prix pourrait osciller entre 15 000 et 20 000 euros.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité