Aller au contenu principal

Blocages des centrales
Mercredi 10 : début d'un blocage d'envergure à St Gérand

Délogés la veille par les gardes mobiles, les producteurs ont retenu la leçon. Quand ils reprennent le contrôle de la centrale de Saint-Gérant dans la matinée, ils sont plus déterminés que jamais à tenir bon jusqu'au vendredi suivant.

Il pleut aussi beaucoup ce jour là, ce qui aide à mobiliser les producteurs. Avec les allers et retours incessants des tracteurs, remorquant et bennant toutes sortes de gravats, pneus, pommes de terre germées…, c'est une véritable forteresse que les agriculteurs édifient autour de la centrale bloquant les trois voies d'accès. Le soir même, à la demande de la sous-préfète de Pontivy, une réunion est organisée entre les représentants des producteurs et les dirigeants d'Intermarché. Chacun campe alors sur ses positions.

Pendant ce temps-là, se tenait aussi à Paris, la troisième réunion de l'observatoire des prix et des marges. Mis en place par le Gouvernement en 2008, l'observatoire peinait à fonctionner pour la filière porcine. Or pour la première fois le 10 juin, tous les acteurs ont répondu présents, notamment la grande distribution représentée par Jérôme Bédier. Il y a donc fort à parier que la pression exercée par des agriculteurs de l'Ouest, bien avant le lancement des blocages sur le plan national, ait enfin permis de réunir tous ces acteurs. L'autre aboutissement, c'est que la filière laitière fera désormais elle aussi l'objet d'un observatoire des prix et des marges.

                                                                                                                 

Propositions

Du côté des distributeurs, pressés de mettre un terme au conflit, commencent à émerger des propositions. "Intermarché est prêt à jouer la transparence et à privilégier l'achat de produits français", rapporte Laurent Kerlir, président de la FRSEA. Leclerc propose quant à lui d'augmenter de 10 cts le litre de lait de consommation. "Cela pourrait faire gagner +16 € aux 1 000 litres, calcule Laurent Kerlir, car le lait de conso ne représente que 16% du total produit. Ce n'est pas rien, mais encore faudrait-il que tous les distributeurs soient d'accord. Et ce n'est pas ce qu'on demandait non plus. On ne souhaite pas que le consommateur paye plus cher. On veut une répartition équitable des marges", martèle le responsable syndical, devant les producteurs mobilisés à Saint-Gérand.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Publicité