Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Méthanisation : un projet sécurisé

À Sept-Forges, dans l'Orne, cinq agriculteurs ont constitué le Gaec du Vieux Moulin pour se lancer dans la méthanisation. Ensemble, ils ont pu digérer les 2,2 millions d'euros d'investissement. Leur projet présente quelques particularités techniques avec deux digesteurs pour 250 kW et la construction d’une fosse afin de capter les corps étrangers.

En avril 2015, le Gaec du Vieux Moulin a accueilli Alain Serais. Ce naisseur engraisseur avec ses 150 truies s'est associé à Didier Leroux, Eric Moreau, Bertrand et Sébastien Brière. Ce regroupement a allumé la flamme du projet de méthanisation. Objectif : valoriser la chaleur produite, en construisant l'unité à proximité de la porcherie. Même si la réglementation n'oblige plus la valorisation de chaleur, ces agriculteurs ont maintenu leur projet initial. Ce dernier a mûri avec le temps. "En mai 2013, nous sommes allés en Pologne avec Orne Conseil Elevage. Nous y avons visité une exploitation laitière avec une unité de méthanisation", raconte Sébastien Brière. À l'époque, Alain Serais n'est pas encore entré dans le jeu. Les premiers contacts "énergétiques" s'amorcent début 2014. Ils poursuivent alors leurs visites techniques à cinq. Les agriculteurs se rapprochent du Cerfrance Orne et de son "Monsieur méthanisation". "Il nous a aidés pour constituer les dossiers de financements et de subventions. Il nous a également proposé des entreprises. Une étude de faisabilité a été réalisée. C'est important, car la méthanisation, nous ne la connaissons qu'à travers les revues et les journaux", indique Sébastien Brière. Avec cet accompagnement, les agriculteurs ont finalement choisi la société AEB, basée en Bretagne.

Montage du projet : un temps plein pour un associé

Le montage du dossier et la construction ont nécessité un an de travail pour l'un des associés. Et c'est Alain Serais qui est devenu le pilote du projet : "Nous avons embauché une salariée pour me suppléer sur l'élevage porcin. La mise en place de l'unité exige énormément de temps". Le Gaec du Vieux Moulin a opté pour une installation de 250 kW. Une puissance supérieure aurait multiplié les démarches administratives et imposé de se confronter au régime "d'autorisation" et non de "déclaration". Mais, le dimensionnement de l'installation correspond également à la ressource de l'exploitation. Le méthaniseur sera alimenté avec 5 000 tonnes de fumier, 2 000 m³ de lisier des vaches laitières, 3 200 m³ de lisier de porc, 500 tonnes d'ensilage d'herbe des vieilles prairies, 550 tonnes de ray-grass en dérobé, 550 tonnes de maïs ensilage et 80 tonnes de menue paille.

Un assolement inchangé

Le Gaec du Vieux Moulin est ainsi autonome à plus de 95 %. "On se laisse 5 % d'opportunités, mais nous ne courrons pas après les déchets verts. Nous craignons les corps étrangers. Nous restons avant tout des éleveurs. D'ailleurs, les ensilages restent des parts très faibles en pourcentage. Nous sommes loin du système allemand. Le maïs est, par exemple, cultivé en couvert en lieu et place de la moutarde. L'unité de méthanisation n'a pas modifié notre assolement d'origine", justifie Alain Serais. Selon le Cerfrance Orne, une autonomie de 70 % en intrant est "un vrai minimum". L'idéal dépasse plutôt les 90 %.

Le nouveau tarif de l'électricité conforte le projet

L'évolution réglementaire lève néanmoins des freins. Au Gaec du Vieux Moulin, elle a surtout conforté la dynamique. La valorisation de chaleur ne s'avère plus obligatoire pour bénéficier d'un supplément au tarif de rachat de l'électricité. Cependant, l'eau chaude demeure "produite en pagaille". Les agriculteurs ont maintenu leur volonté de chauffer tout l'atelier porcin. Un bâtiment de séchage devrait aussi prochainement sortir de terre. Reste maintenant à passer de l'étude chiffrée à la réalité. L'installation est financée sur quinze ans. Les agriculteurs espèrent un retour sur investissement à partir de la 8e ou 9e année. Alors rendez-vous est donné dans un décennie.

 

Deux digesteurs pour puiser plus de gaz

Au premier coup d’œil, cette unité de méthanisation marque sa différence. Le Gaec du Vieux Moulin a opté pour l’implantation de deux digesteurs. Ce système permet de capter davantage de gaz. La matière passe plusieurs jours dans le digesteur puis transite dans le post digesteur où le gaz est capté. "Cette solution nous offre également la possibilité d’évoluer et d’augmenter la production d’électricité. Il faudrait alors installer un second moteur de cogénération", explique Alain Serais.

 

Une fosse de pré-mélange pour trier les cailloux

L’incorporateur est équipé d’un système hérisson, semblable à celui des épandeurs. Il déchiquette la matière. Celle-ci est ensuite placée dans une fosse de pré-mélange, profonde de 4 mètres avec les lisiers. Puis, la soupe est pompée. Cette étape permet de trier les corps étrangers comme les cailloux. "Cette fosse reste facultative, mais nous souhaitions vraiment sécuriser le fonctionnement du méthaniseur. Nous ne voulions pas prendre le risque de casser un brasseur dans les digesteurs. Notre objectif est d’arrêter le moteur le moins possible". Des propos complétés par Gilles Merrien, directeur d’AEB, le constructeur de cette unité de méthanisation : "On évite aussi les problèmes de sédimentation dans le digesteur. En cas de casse ou de nettoyage, on peut perdre deux mois de production".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Eureden se dévoile au Space

L'union de Triskalia et du groupe d'aucy prendra effet le 1er janvier 2020 suite à l'accord de l'Autorité de la…

Publicité