Aller au contenu principal

Azote
Mieux estimer la fourniture par l'humus du sol

Un réseau régional vient de se mettre en place sur les 4 départements bretons. Il a 5 ans pour parvenir à mieux estimer la fourniture en azote par l'humus du sol.

Ce matin-là, en ciré de pied en cap, ils sont trois à arpenter les champs de maïs de Plouvorn et ses environs. Leur mission ? Récolter trois micro-parcelles de 15 m², peser le maïs et prélever un échantillon, à des fins d'analyse.

150 parcelles

"Aujourd'hui, on est incapable de prévoir avec précision la quantité d'azote fournie par l'humus du sol, explique Yvon Lambert, du pôle agronomie des chambres d'agriculture de Bretagne. Elle peut varier de 50 à 150 unités/ha, sans que l'on sache pourquoi". C'est pour mieux connaître cette fourniture qu'un vaste réseau d'essais se met en place sur les 4 départements bretons, avec 150 parcelles suivies pendant 5 ans. "Les résultats de cette étude nous permettront d'arriver à des outils de conseil plus précis pour le calcul de la fumure à l'échelle de la parcelle".
Au sein d'une même zone pédologique et climatique, trois parcelles ont été choisies. La première, qui va servir de référence, n'a jamais reçu de fumier ou de lisier, et l'azote qu'elle fournit provient uniquement de l'humus de base. Les deux autres ont reçu des déjections organiques, à des niveaux de charge différents. "On pourra ainsi quantifier l'effet du système de production sur la fourniture en azote du sol".

Pendant 5 ans

Pour cela, chaque parcelle devra rester en maïs pendant 5 ans, sans aucune fertilisation. La production de chacune d'entre elles sera mesurée, tout comme le taux de matière sèche du maïs et sa teneur en azote. "On connaitra ainsi précisément l'exportation en azote par les plantes", précise Jean-Luc Péden, responsable du territoire de Morlaix-Saint Pol de Léon à la chambre d'agriculture, et chargé de trouver des parcelles sur le bassin versant de l'Horn.
L'azote du sol sera également mesuré, en sortie d'hiver puis une fois la récolte effectuée. "Et, par la méthode des bilans, on connaitra la fourniture de l'humus", calcule Yvan Hurvois, de l'Agence de l'eau.

Dans le cadre du GP5, ex-contrat de plan Etat-Région, cette opération rentre dans le volet de la reconquête de la qualité de l'eau et est financée par l'Agence de l'eau, le Conseil régional, les 4 Conseils généraux et Chambres d'agriculture de Bretagne .Maître d'ouvrage, la Chambre régionale d'agriculture travaille, sur le terrain, en collaboration avec les animateurs des bassins versants.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité