Aller au contenu principal

Moins d'antibiotiques en élevage de lapins

"Le gros challenge de 2011 est la démédicalisation en élevage cunicole", a déclaré Sébastien Lopez, vétérinaire à Celtalliance, le groupement des éleveurs de lapins né de la fusion de Cécab et Gaélap en 2008.

Sébastien Lopez, vétérinaire Celtalliance. "Le gros challenge de 2011 est la démédicalisation".  Le groupement, présidé par Alain Guillotel, compte 72 adhérents.
Sébastien Lopez, vétérinaire Celtalliance. "Le gros challenge de 2011 est la démédicalisation". Le groupement, présidé par Alain Guillotel, compte 72 adhérents.
© terra

Lors de l'assemblée générale, le 1er juin à Saint-Caradec, dans les Côtes d'Armor, la feuille de route a été présentée aux producteurs. Au delà de la réduction des frais d'élevage, la réduction des antibiotiques est devenue un enjeu de santé publique qui vise à limiter les effets d'antibiorésistance. "Le ministre de l'Agriculture a annoncé une réduction de 25% des antibiotiques sur 5 ans, mentionne Sébastien Lopez, vétérinaire. La volonté de l'administration est d'avancer rapidement sur le sujet avec des objectifs chiffrés". Par ailleurs, la filière, qui redoute un amalgame auprès des consommateurs dans un contexte médiatique sensible, ne veut pas donner le bâton pour se faire battre.


Une échéance courte

"A chacun des ateliers, une solution adaptée devra être trouvée. Nous avons 18 mois pour la mise en place", lance le vétérinaire. Le travail se poursuivra sur 2011 et 2012 avec des réunions de secteur, une visite vétérinaire  spécifique par élevage ainsi que la mise en place d'un indicateur Inra de suivi d'élevage. Pour le groupement, cet objectif est un "approfondissement" d'un travail de réduction entamé en 2004-2006. "En 7 ans, les dépenses de santé ont été réduites de 25%, soit une baisse de 35 ? par tonne".   
A noter la mise en place d'un plan d'action interprofessionnelle doté d'une charte, comprenant des engagements, des objectifs et des moyens, pour mieux encadrer et réduire la consommation d'antibiotiques en élevage.
Autre actualité qui préoccupe la filière : le coût de l'équarrissage.  Pour ne pas augmenter la cotisation des éleveurs (25% éleveurs et 75% abattoirs), la filière est à la recherche de solutions.  "On prélève des cotisations correspondant à des volumes inférieurs à ce qui est traité en réalité par les services d'équarrissage", résume Domi-nique Le Cren, animatrice du Clipp, l'interprofession cunicole. Parmi les pistes : la réduction de la fréquence des passages de l'équarrissage, à partir de 250 kg d'enlèvement ou par cycle de 6 semaines. Voire aussi la répercussion auprès de la grande distribution de la totalité de la charge

Les chiffres techniques 2010


- Marge brute : +1,74 ? entre 2009/2010
- Taux de mise-bas : 82,24%
- Nombre de sevrés/mise-bas : 8,17
- Perte en engraissement : 5,82%
- Poids moyen des lapins vendus : 2,50 kg
- Kg vendus par IA : 15,39, soit + 0,47 kg/IA.
- Objectif 2011 : amélioration des performances en maternité et maintien des performances en engraissement.
Des mesures sanitaires à mettre en œuvre contre une nouvelle variante de la maladie VHD (maladie hémorragique virale) ont été indiquées pour éviter l'entrée de la maladie en élevage. Dans le groupement, 14 cas ont été déclarés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité