Aller au contenu principal

MPB : séance d'explications

Les responsables du marché du porc, dans un courrier, font état d'une situation préoccupante. Cooperl et Bigard désertent toujours la salle des marchés.

© Terra

La situation est suffisamment préoccupante pour que le marché du porc à Plérin diffuse la semaine dernière un courrier sur les événements qui se prolongent depuis le début du mois d'août. La situation était encore figée lors de la séance de cotation jeudi 27 août, Cooperl et Bigard-Socopa toujours absents de la salle des marchés. Dans le courrier, Daniel Picart, président et Jean-Pierre Joly, directeur du MPB, indiquent que l'un des opérateurs, Cooperl, "conditionne son retour à la révision de deux points essentiels de la convention : la supression du prix de retrait et la suppression de l'obligation d'affectation".  Les responsables ajoutent : "accèder à ces demandes équivaudrait à saborder le MPB. La convention permet d'encadrer les hausses et les baisses de façon raisonnable, ce qui évite les spéculations et les trops grands écarts de prix préjudiciables au commerce".  Dans les couloirs de la maison du porc, les commentaires s'échangent. Si la suppression des règles peut favoriser la venue de nouveaux acheteurs, il n'est pas souhaité une forme de marché "libre". La dernière version de la convention a été signée le 30 mars 2015 par les deux opérateurs. "Ce n'est pas la convention de marché qui pose problème", partage le directeur Jean-Pierre Joly. Lundi 31 août, la cotation était de 1,386 €/kg.

Après la période de promotions...

Le problème de fluidité des porcs se pose aux éleveurs, la situation sera d'autant plus tendue et compliquée une fois la période des promotions terminée d'ici une à deux semaines. Si Bigard-Socopa abat le même nombre de porcs qu'auparavant avec un apport en direct, ce sont près de 10 000 porcs par semaine qui ne rejoignent plus les lignes d'abattage de la Cooperl. "Il faut que les cochons partent", confirme Michel Bloc'h, président de l'UGPVB, qui atteste d'une "situation compliquée, inédite", créée par un cours à 1,40 €. Les responsables du marché du porc breton en appellent à la solidarité entre "tous les éleveurs cadran et direct, pour prioriser les porcs les plus lourds afin de pénaliser le moins possible certains éleveurs".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Une nouvelle croissance est possible

Septembre 2021 aura permis de renouer avec le Space, salon des productions animales, carrefour européen. Un carrefour de…

Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
Publicité