Aller au contenu principal

Neolait : 7 millions d'euros d'investissements à Yffiniac (22)

Le site industriel de Neolait, leader en France des minéraux et des spécialités nutritionnels, est implanté en Côtes d'Armor à Yffiniac depuis plus de 70 ans. De récents investissements de 7 millions d'euros sont allés à l'aménagement du site industriel.

Neolait, leader des minéraux et des spécialités nutrionnelles destinés aux ruminants, a rejoint en 2011 la branche nutrition animale de l'américain Cargill. Le site industriel d'Yffiniac en Côtes d'Armor, renforcé d'une nouvelle plateforme logistique de 3 550 m², est le pouls névralgique qui assure l'approvisionnement de quelques 25 000 clients sur l'hexagone, relayé par les plateformes logistique de Baudrières (71) et Rodez (12). En France, Neolait a fait de la nutrition des ruminants (bovin, caprin, ovins) sa spécialité. Employant 400 salariés, l'entreprise commercialise 65 000 t d'aliments minéraux, ce qui la place à 20 % de part de marché dans son secteur d'activité. A l'occasion du lancement de sa nouvelle gamme minérale Turbo Pro, l'industriel a dévoilé une partie des dessous de la fabrication de ses spécialités, dans une usine transformée et rénovée où priment la sécurisation des livraisons et la sécurité du personnel. En effet, en 2014-2015, afin de répondre aux enjeux, un investissement significatif de plus de 7 millions est venu conforter la production, le stockage, l'informatique et la logistique.

Une histoire née de longue date

Pour la petite histoire, les premiers commerciaux des produits Neolait dans les exploitations étaient les boulangers qui sillonnaient la campagne. En effet, l'entreprise naît en 1944 sur le site de la minoterie du Moulin neuf à Trégueux (22) avec pour fondateur Paul Guilhem qui exerça les fonctions de dirigeant jusqu'en 1972.

En 1950, Neolait conçoit des aliments d’allaitement et en 1964 construit une usine sur le site de la gare d'Yffiniac. Premier acteur à lancer les composés minéraux en semoulette et les spécialités nutritionnelles, l'industriel met au point en 1999, un nouveau concept dénommé Noduline™, une présentation unique grâce à une granulométrie originale (Inel d'or, Innov space, Cristal de l'innovation). Racheté par différents groupes depuis sa création, l'entreprise est acquise par le groupe Provimi en 2001 puis Cargill en 2011.

Aujourd'hui adossé au groupe international américain, Neolait appartient à la branche nutrition animale de Cargill (Cargill prémix nutrition) au côté des filières "Feed nutrition" et "Aqua nutrition" (20 000 employés). "Cargill est présent dans 40 pays sur 280 sites. Ici, nous bénéficions de la puissance de la R&D de 3 centres de recherches aux Etats-Unis, Pays-Bas et Chili", décrit Denis Métais, responsable technique R&D. Bien sûr, les solutions globales sont ensuite testées en France. "Nous mettons en place des contrats de partenariats avec des éleveurs pour tester en conditions d'élevages nos solutions produits", ajoute le directeur technique. Minéraux, produits d'hygiène pour la traite, compléments nutritionnels, aliments d'alllaitement, semences fourragères et de maïs : il existe une grande diversité de produits proposés - plus de 400 - répartis dans ces 5 domaines.

Un site industriel adapté aux enjeux

Dans les coulisses du site industriel, 40 % de l'investissement global est allé à la modernisation du processus de fabrication. "Aujourd'hui le dosage est plus automatisé, nous avons moins d'étape manuelle. Cela fiabilise le process industriel", indique Michel Incerti, responsable du site industriel.

32 nouvelles cellules équipent la ligne de production des formules minérales (200 formules). Ici sont proposés tous types de présentations de produits : bolus, minéraux Noduline, granulés, liquides, seaux et blocs... Par an, 65 000 t sont commercialisées, fabriquées par 7 lignes de production, dont 35 000 t sous forme Noduline, un brevet de fabrication qui limite la présence de particulines fines. "En instantané, nous atteignons 18 t par heure de produit fabriqué conditionné en big bag. Depuis deux ans, compte tenu de l'évolution des élevages, le big bag a dépassé le conditionnement sous forme de sacs", précise le responsable du site.

Minéraux, vitamines ou extraits de plantes, tous les lots de matières premières entrant sur le site (300 à 400 intrants) avant fabrication sont échantillonnés et analysés avec précision au sein du laboratoire présent sur le site. La même démarche est également appliquée en bout de ligne de fabrication où "tous les lots fabriqués sont analysés", indique Denis Métais. Chaque année, ce sont 200 000 analyses que le laboratoire réalise.

Une fois passée la zone de production, le visiteur découvre la nouvelle plateforme de 3 550 m² conçue pour accueillir 3 200 emplacements de palettes, avec ses 8 blocs de préparation de commandes et ses 4 quais de chargement. Avec la nouvelle plateforme, le site d'Yffiniac dispose désormais de 7 890 m² de surface de stockage totale. Deux nouveaux logiciels sont venus renforcer le système informatique dédié aux livraisons, l'un pour la gestion de l'entrepôt ; l'autre des transports.

Une expertise globale mais une proximité terrain

Pas très éloigné de l'image d'Epinal des premières camionnettes des boulangers, l'entreprise défend
une "stratégie directe élevage"
avec ses 165 commerciaux et son organisation logistique reposant sur une flotte de 20 poids lourds. 85 % du tonnage commercialisé passe par les camions et les semi-remorques équipés d'un chariot embarqué.

Un ordinateur de bord en cabine trace le parcours des livraisons pour un suivi en temps réel des livraisons en exploitations agricoles. "Le système embarqué permet de suivre la livraison en temps réel sur un grand tableau et de recadrer si besoin les heures de livraison. L'envoi du sms à J-1 pour préciser le créneau horaire de la livraison est un service apprécié", indique Bertrand Launay, responsable logistique.

Par an, 92 000 palettes sont expédiées en France et à l'export dont 35 % de palettes "picking", autrement dit "panachées".

Une nouvelle gamme minérale : Turbo pro

Neolait lance une nouvelle gamme minérale Turbo Pro qui vise non seulement un objectif nutritrionnel mais aussi économique. Reprenant la base Turbomix, un noyau a été ajouté, composé de vitamines du groupe B pour leur efficacité métabolique ; de matières végétales et d'arômes pour l'ingestion et la valorisation de la ration.

S'appuyant sur ses expérimentation en élevage, l'entreprise confirme "l'efficacité du Turbo Pro avec une amélioration de 0,75 kg de lait par jour et par vache à quantité identique de matière sèche à l'issue d'un essai réalisé pendant 45 jours en élevages avec distribution au robot de traite,". "Turbo pro se met à la portée de tous les éleveurs avec 10 références et 5 niveaux de phosphore pour un investissement limité à 6-8 €/1000 l et un retour sur investissement immédiat de 2 à 5 pour un prix du lait à 290 €/1 000 litre", précise Romain Marie, chef produits.

L'entreprise en chiffres :

65 t d'aliments minéraux commercialisés

25 000 clients

400 salariés

20 % de part de marché

une flotte de 20 poids lourd

20 000 échantillons analysés par an

75 millions d'euros de chiffre d'affaires dont 10 à 15 millions à l'export

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité