Aller au contenu principal

Nitrates, une amélioration incontestable et reconnue

Dans le cadre de la révision quadriennale des zones vulnérables prévue par la directive nitrates, le comité régional de concertation nitrates s’est tenu le 29 juin dernier à la préfecture de région à Rennes. Cette réunion a permis de faire le point sur deux sujets : l’évolution de la qualité des eaux en Bretagne et l’évolution de l’utilisation de l’azote par les exploitations bretonnes.

Les critères de désignation des zones vulnérables ont évolué depuis l’arrêté ministériel du 5 mars 2015. Dorénavant, en raison du risque "eutrophisation littorale", un seuil de 18 mg/l de nitrates a été fixé pour les eaux de surface alors qu’il est de 40 mg/l pour les eaux souterraines, en percentile 90*. Une tolérance est admise pour ces dernières qui présentent une concentration entre 40 et 50 mg/l avec une tendance avérée à la baisse. Pour mémoire, le précédent seuil de classement était de 50 mg/l pour les eaux de surface conformément à la réglementation européenne.

Baisse continue et avérée depuis les années 90

Ces changements de référence ne peuvent masquer le résultat obtenu : les teneurs en nitrates des cours d’eau sont descendues à une valeur moyenne proche de celles du milieu des années 80, avec un peu plus de 30 mg/l contre 53 mg/l en 1993. Les efforts des agriculteurs sont ainsi couronnés de succès. Toutefois, ces bons résultats doivent être encore améliorés pour répondre aux objectifs de la directive cadre sur l’eau.

Pression d'azote en baisse

Les résultats provisoires de la 2e campagne de déclaration des flux d’azote ont été présentés en comité nitrates . Le taux de déclaration est en hausse de près de 10 % pour atteindre 89,2 %. Et surtout, on constate une baisse de la quantité d’azote total (organique + minéral) épandu par les exploitations dans les 4 départements par rapport à 2014, année de référence. En moyenne, la quantité d’azote organique épandue est de l’ordre de 110 kg N / ha. Dans trois départements sur quatre, on observe une légère augmentation de l'utilisation de l’azote organique.

A noter que celle-ci est plus que compensée par la baisse d’azote minéral dans l’ensemble de la région.

(*) Percentile 90 : 90 % des mesures réalisées sont inférieures à cette valeur. Seules 10 % des analyses sont au-dessus.

Si Alain Tiengou se dit "satisfait que le constat d’amélioration générale de la qualité de l’eau soit partagé par tous les membres du comité régional nitrates", il relève néanmoins quelques interrogations sur la méthodologie employée dans le classement de certaines masses d’eau. De plus, il considère que le changement de thermomètre, Q90 et non concentration moyenne, du suivi de qualité de l’eau "ne facilite pas la tâche".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité