Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des couverts courts entre deux céréales pour se passer de glyphosate ?

À la recherche d'alternatives au glyphosate, la chambre d'agriculture teste des couverts courts à implanter entre deux céréales pour étouffer les adventices. À Ploudiry (29), un essai a été mis en place au Gaec de Kerlastre, en partenariat avec Even Agri.

glyphosate
Le 26 septembre dernier, dans le cadre de l'opération Cap sans glyphosate, la chambre d'agriculture et Even agri ont organisé la visite d'un essai de 12 couverts végétaux courts, implantés entre deux céréales.

"Ça fait des années que j'utilise le glyphosate après blé, avant d'implanter une orge. Et ça marche bien". Producteur de lait et de porcs à Ploudiry, Serge Donval est adepte des TCS. Et c'est dans le cadre du groupe morlaisien du dispositif Fermes 30 000 du plan Déphy Écophyto qu'il réfléchit à l'après-glyphosate. "Couvrir le sol entre deux céréales est une solution. La bonne ? Je ne sais pas encore...".

 

Étouffer les adventices

"Plutôt que d'éliminer les adventices par la chimie, on peut les étouffer", explique Cécile Goupille. L'idée est donc d'implanter un couvert végétal aussitôt après la récolte du blé puis le détruire avant le semis de l'orge. "Un couvert qui peut même être valorisé par les animaux", rajoute la conseillère agronomie à la chambre d'agriculture.

En plus de son effet sur le salissement, le couvert végétal va également limiter l'érosion et, selon les espèces implantées, structurer le sol et participer à l'amélioration à long terme de sa fertilité. "Il peut aussi limiter les fuites d'azote. Mais en cas d'hiver doux et de couvert tendre, ce dernier va se "débobiner" trop vite, à un moment où la céréale ne sera pas en capacité de pomper l'azote".

À semer tôt, pour qu'il ait suffisamment de temps pour se développer, et à rouler pour favoriser la levée, le couvert peut cependant avoir du mal à germer, en conditions sèches. "Et il n'a qu'une faible efficacité sur chiendent, qu'il faudra combattre autrement", prévient Cécile Goupille. Sans compter les frais supplémentaires qu'il engendre, pour l'achat des graines, l'implantation et la destruction.

 

Un complément fourrager

"Il faut viser une couverture rapide du sol", détaille Cécile Goupille. Le choix des espèces se fera aussi en fonction de la vocation du couvert. "S'il doit être pâturé par les animaux, on peut choisir un colza fourrager pur, à semer à 7-8 kg/ha, pour un coût de 25 €/ha, ou en mélange, à 4 kg/ha avec du trèfle incarnat, à 11 kg/ha, pour 40 €/ha". Pour de l'enrubannage ou de l'ensilage avec le maïs, un mélange d'avoine diploïde à 20-25 kg/ha et de trèfle d'Alexandrie, à 10 kg/ha, peut être choisi. "Mais le coût est élevé, indique la conseillère. À 60 €/ha pour les semences, l'ensilage reviendra à 90 € la tonne de matière sèche".

En l'absence de valorisation par les animaux, moutarde ou phacélie, ou un mélange des deux, peuvent être semés, pour un coût de 20 à 30 €/ha. "Mais il faut éviter un couvert à base de crucifères s'il y a du colza dans la rotation. Et un mélange avec des céréales en cas de semis direct : le repousses sont trop nombreuses". Si la moutarde est aussi à éviter avant maïs, pour son effet dépressif qui va pénaliser la culture, c'est moins vrai entre un blé et une orge.

 

Un couvert à détruire... ou pas

La céréale devra ensuite être semée tôt. "Si le sol est compacté, il faudra prévoir un labour ou un décompactage", affirme Cécile Goupille. Le semis direct, lui, peut être réalisé sans destruction préalable. Néanmoins, si le couvert est très développé, un roulage ou un broyage peuvent être prévus, au moins 15 jours avant semis. "Par contre, s'il y a des céréales dans le couvert, le travail du sol est obligatoire".

 

Plus ou moins efficaces

En partenariat avec Even Agri, la chambre d'agriculture a implanté une douzaine de couverts au Gaec de Kerlastre. "Le semis a été réalisé au 6 août. Et six semaines plus tard, nous avons noté le recouvrement du sol pour chacun d'entre eux". Sans surprise, le sol nu, qui sert de bande témoin, est totalement envahi par les adventices.

"Les couverts sont plus ou moins efficaces, note Sébastien Corbel, d'Even Agri. Les adventices occupent 25 % de la surface dans l'essai colza fourrager et le mélange phacélie, moutarde, colza fourrager et trèfle incarnat. Et peuvent atteindre 75 % dans un mélange radis chinois, phacélie, chia et vesce érigée". Avec des intermédiaires à 50 % pour des mélange ray-grass italien et trèfle incarnat ou cameline, phacélie et moutarde brune, phacélie, moutarde, radis asiatique et trèfle d'Alexandrie.

"J'ai aussi fait un essai pour semer du trèfle à la volée dans une céréale en fin d'hiver, aux stades fin de tallage, épi 1 m et un nœud", relate Serge Donval. Si l'essai mérite d'être encore affiné, "il va bientôt être fauché. Et me semble plus intéressant que les couverts courts". Affaire à suivre...

 

glyphosate
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité