Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le ministre rassurant sur la PAC mais confus sur le reste

S’il a dit comprendre le désarroi des éleveurs, Didier Guillaume, présent hier au Sommet, n’a pas annoncé des mesures significatives, hormis sur la PAC et la sécheresse.

Le ministre de l’Agriculture est arrivé en fin de matinée sur le site qu’il ne devait quitter qu’en fin de journée, à l’issue d’un dîner avec des délégations étrangères venues d’Afrique de l’Ouest. Très attendu par les professionnels du réseau FNSEA-JA, Didier Guillaume leur a consacré un entretien de près de deux heures, avant de poursuivre sa déambulation. Pas d’annonces fracassantes, mais des positions qui rassurent sur certains sujets, et qui inquiètent sur d’autres. Sur la sécheresse, le ministre a annoncé la mise en œuvre rapide du fond calamité qui "sera abondé autant que nécessaire, potentiellement jusqu’à 300 millions d’euros". De manière plus structurelle, il souhaite favoriser le développement des retenues collinaires. Sur la PAC, là-aussi des annonces plutôt réconfortantes en particulier pour le Massif central, avec une attention particulière réservée aux Indemnités compensatoires de handicaps naturels (ICHN), une reconnaissance des systèmes herbagers dans le volet environnemental. "Le ministre nous a indiqué œuvrer pour obtenir 15% d’aides couplées", poursuit Yannick Fialip, secrétaire général adjoint de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes.

Sur le CETA, en revanche, pas de quoi s’enthousiasmer. "On reste sur notre faim. On ne peut pas se satisfaire d’un ministre qui nous dit ouvertement que le CETA ça le dépasse et que l’article 44 de la loi alimentation n’est pas un bon article pour la France car trop restrictif ! ". C’est effectivement, un peu court pour les responsables professionnels qui attendent justement sur ce sujet et bien d’autres du courage politique. Enfin sur les états généraux de l’alimentation, si Didier Guillaume a conscience que la loi est loin d’avoir porté ses fruits auprès des producteurs, force est de constater que ses marges de manœuvre semblent étroites. Pour lui, les prochaines négociations commerciales de début 2020 seront déterminantes. "Si cela ne marche pas, il faudra revoir le dispositif".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité