Aller au contenu principal

"Nourrir les hommes : notre fierté "

Nourrir les hommes , quoi de plus noble ? C’est bien cette fierté, quand l’agriculture rime avec santé, que la FDSEA veut insuffler à nouveau dans l’esprit des agriculteurs qu’elle convie, le vendredi 16 février prochain pour son assemblée générale à Ploërmel. Redonner cette grandeur à un métier laminé par des prix minuscules.

L’ambition est claire. "Nous voulons redonner cette fierté de nourrir les hommes", dit sans détour Frank Guéhennec, président de la FDSEA. Alors que les assemblées cantonales du syndicat s’achèvent, "et que nous avons pu rencontrer directement plus de 300 agriculteurs, il n’y a pas eu une réunion sans qu’on rencontre des gens usés par ces attaques incessantes. On nous fait passer pour des empoisonneurs ! ", s’insurge l’équipe d’élus de la FDSEA pour qui cela devient tout aussi "insupportable" qu’injuste : "ils respectent des cahiers des charges, des réglementations...et travaillent bien". En cause, les dégâts occasionnés moralement dans un contexte de prix bas qui ne participent guère à la valorisation du métier. "On voit des gens qui finissent par jeter l’éponge alors qu’il est urgent de redonner de la noblesse à l’acte de nourrir les hommes", enchaîne Frank Guéhennec, persuadé qu’il en va de l’avenir de l’agriculture. Et c’est au médecin Christian Recchia, analyste en stratégie économique et et technologique des filières agroalimentaire, qu’il reviendra l’après midi d’impulser cette reconquête, fort des conseils qu’il délivre aussi sur les ondes de RMC, dans un débat ouvert à tous.

Au quotidien

Le matin, c’est avec Arnold Puech d’Alissac, que les adhérents de la FDSEA pourront revenir sur l’activité syndicale de 2017. "Nous sommes tous les jours à l’offensive", relève Frank Guéhennec sur des dossiers qui ne sont pas toujours sous les feux médiatiques mais pour autant, "si nous n’étions pas intervenus sur les bandes de non traitement par exemple ou sur le maintien du schéma régional des structures...Ce n’était pas directement des euros mais du potentiel de production de la ferme morbihannaise qui risquait de disparaître", estime le responsable. Autant de thèmes qui seront débattus tout comme les attendus concernant les EGA. "Le Président Emmanuel Macron a dit beaucoup de choses intéressantes. On nous annonce une loi sur la construction des prix intégrant le prix de production. Elle ne sera pas respectée si elle n’est pas contrôlée", insiste le producteur de lait de Camors. Des prix rémunérateurs à la hauteur, beaucoup d’attentes et d’interrogations qui ne manqueront pas de faire débat au lycée la Touche de Ploermel, le vendredi 16 février prochain.

Claire Le Clève

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité