Aller au contenu principal

Nourrir son troupeau avec une désileuse automotrice

Les désileuses automotrices chargent les différents aliments, les homogénéisent en une ration complète et la distribuent au troupeau laitier. La mécanisation de la distribution permet de gagner du temps et d'améliorer les performances. Pour accompagner les éleveurs intéressés dans leur réflexion, les Cuma de Bretagne ont organisé deux journées de démonstration.

Les Cuma de Bretagne ont organisé deux journées de démonstration pour démontrer que la mécanisation de la distribution permet de gagner du temps et d'améliorer les performances.
Les Cuma de Bretagne ont organisé deux journées de démonstration pour démontrer que la mécanisation de la distribution permet de gagner du temps et d'améliorer les performances.
© Terra
Avec plus du tiers des désileuses automotrices françaises, la Bretagne est en avance dans la distribution des rations, complètes ou semi-complètes. Une avance qui devrait se conforter au regard du nombre d'éleveurs intéressés, venus se renseigner, mardi 4 mars à Guipry et jeudi 6 à Crédin, lors des journées techniques organisée par les Cuma de Bretagne. Il faut reconnaître que la technique a de quoi répondre aux attentes des éleveurs : gagner du temps et distribuer une ration de qualité. Ne plus avoir à nourrir ses animaux permet de gagner jusqu'à 1 heure par jour. Temps que les éleveurs réinvestissement pour moitié dans la surveillance du cheptel. La ration complète permet une meilleure valorisation des fourrages et un rationnement précis. "Les éleveurs notent rapidement une baisse de 30 à 50% des maladies nutritionnelles", remarque Marcel Aubré, du Contrôle laitier. Le coût alimentaire reste le même que la moyenne départementale, grâce à une augmentation de la production, à un meilleur rapport de taux et moins de perte aux silos.

Optimiser le litrage au kilomètre
La distribution par automotrice est conciliable avec le pâturage en adaptant les horaires, les rythmes. "Dans notre groupe, la désileuse nourrit les vaches seulement pendant 8 mois", témoigne Pascal Honoré, éleveur à Saint Séglin (35).
La distribution par une désileuse automotrice n'est pas réservée aux seuls grands élevages. Dans les élevages suivis par le Contrôle laitier, l'effectif va de 20 à 100 vaches. "Ce qui compte c'est le litrage au kilomètre pour réduire le temps où la machine est improductive, sur la route", explique Sylvain Ruelleux, de la FDCuma 35. En Ille et Vilaine, le quota moyen d'un groupe est de 3 millions de litres, pour une tournée de 32km. "La proximité permet à des éleveurs ayant un petit troupeau d'accéder à la technique", souligne Sylvain Ruelleux. Quand le projet se constitue autour d'éleveurs plus éloignés et d'un parcours approchant la cinquantaine de kilomètres, c'est une machine homologuée pour rouler à 40km qui doit être choisie. Si les éleveurs sont proches, une homologation pour 25 km suffit. "Le choix d'une machine plus routière nous a permis de passer de 2 à 1 machine pour notre groupe de 14", relate Pascal Honoré.
De même, si la plupart des groupes en Cuma travaille avec un chauffeur, d'autres éleveurs ont fait le choix de conduire la machine à tour de rôle. Côté finances, la facturation se fait en deux parties : une part fixe, selon le quota, pour l'amortissement et l'assurance ; une part variable, facturée selon le temps passé. Le réseau des Cuma a chiffré, qu'en moyenne, le coût de revient est de 14 euros/1 000 litres pour un prix de la machine entre 100 et 130 000 euros et des charges fixes annuelles, personnel et amortissement, de 47 000 euros.
Après les explications, place aux démonstrations. Les éleveurs ont pu voir en action 4 machines, des marques Belair, Supertino, RMH et Kuhn, qui ont montré les 3 grands types de désileuses : à vis horizontale ou verticale, à pâles, dans les deux catégories, homologuées pour rouler à 25km ou de type plus routier.
Point clés pour réussir

— Créer une véritable dynamique de groupe entre les éleveurs.
— Consacrer du temps au rodage.
— Utiliser de la paille déjà broyée et ajuster la taille de broyage du maïs.
— Ne pas hésiter à aménager silos et accès pour faciliter la circulation de la machine.�
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à l'Agriculture

Le président élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à…

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité