Aller au contenu principal

Nous n’avons pas à nous excuser des efforts réalisés, ni des résultats obtenus

Florian Salmon, président JA 35.
Florian Salmon, président JA 35.
© Terra

Le 2 mai 2017, Emmanuel Macron, alors candidat aux élections présidentielles, nous écrivait car l’agriculture était "au cœur" de son projet pour la France. J'ai relu ce texte. Il y précisait : "l’administration ne doit pas être là pour vous sanctionner, mais d’abord pour vous accompagner et vous faciliter la vie". Plus loin, il envisageait de relever le défi de la "conciliation de l’excellence agricole et de l’excellence environnementale" en sortant de "l’écologie punitive". Des engagements mainte fois répétés par les différents députés ou membres du Gouvernement mais qu'en est-il au moment de la mise en œuvre ? À la veille de la clôture de la révision du programme d’action régional nitrates (Parn), les services de l’État ne semblent pas concernés par ces engagements. Où est la simplification, la confiance et le droit à l’erreur quand un texte propose d’instaurer des seuils, de la paperasse, le tout bien évidemment facilement contrôlable pour les services de l’État ? Malgré l’amélioration de la qualité de l’eau due à la mobilisation des agriculteurs, les services de l’État veulent toujours plus de normes dans le 6e programme d’actions régional nitrates. Tous les quatre ans, c’est le même refrain : il faut durcir !

C’est une instabilité réglementaire insupportable et injustifiée : pour un JA dont l’exploitation est conforme à son installation, avant même qu’il ne perde son statut de JA, il lui faudra faire des investissements supplémentaires et improductifs pour garder son exploitation aux normes ! Et cela dans un contexte de baisse des soutiens ! La mobilisation et les actions syndicales paient mais à l’heure où le défi de l’amélioration de la qualité de l’eau est relevé, nous ne nous pouvons pas nous contenter d’un texte "moins pire" qu’une version précédente où les contraintes étaient poussées à leur paroxysme. Nous ne sommes pas des marchands de tapis !

Nous exigeons la prise en compte des efforts des agriculteurs, dans ce 6e Parn via, a minima, la suppression de toutes les contraintes ajoutées dans le projet et avec une simple évolution des mesures, qui d’un point de vue agronomique et environnemental n’apportent aucune plus-value !

On ne lâche rien afin que notre métier reste accessible. Dans cette dernière ligne droite, monsieur le préfet tranchera mais soyons clairs : nous n’avons pas à nous excuser des efforts réalisés et encore moins des résultats obtenus. Au contraire, soyons fiers de notre contribution à l’amélioration de la qualité de l’eau.

Nous méritons cette reconnaissance.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité