Aller au contenu principal

Prix du lait
Nouvel échec des négociations

Les membres de l’interprofession laitière ne sont pas parvenus à un accord sur les modalités de fixation du prix du lait pour le troisième trimestre 2010.

 Fin juillet aucun indicateur de tendance n’avait pu être adopté sur les modalités de la fixation du prix du lait pour le troisième trimestre 2010. Le 21 juillet, la réunion entre les trois familles de l’interprofession, producteurs, transformateurs privés et coopératifs s’est soldée par un nouvel échec.

En fait les entreprises privées restent arc-boutées sur un accrochage du prix français au prix allemand au mois le mois, mais avec des volumes maîtrisés. En effet, la Fédération nationale des industries laitières (FNIL) ne cesse de rappeler qu’elle est favorable à l’application de l’accord du 3 juin 2009, mais à condition qu’il soit corrigé par les recommandations du ministre de l’Agriculture du 30 mars 2010 qui prévoient l’introduction d’un indicateur de compétitivité avec nos voisins allemands. Au-delà de cette querelle de chiffres, les entreprises ne veulent pas s’engager sur une discussion concrète sur le deuxième semestre 2010 sans avoir des assurances sur le dispositif qui sera applicable à compter de l’an prochain.

Sur le fond, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) n’est pas hostile à la prise en compte de la conjoncture laitière allemande dans la fixation du prix du lait en France. Elle a d’ailleurs fait des propositions en ce sens. Mais elle considère que les producteurs doivent bénéficier de la meilleure valorisation des produits laitiers en France par rapport à celle de l’Allemagne. Qu’elle estime à 8 % environ. Elle juge également que la gestion des volumes « à la française » doit avoir une incidence positive sur le prix français et que les producteurs français doivent être récompensés. « Le lien avec l’Allemagne apparait comme un nouvel alibi des entreprises pour grappiller des euros aux producteurs » résume la FNPL.

Mobilisation syndicale

Les coopératives laitières (FNCL) défendent une approche de prix et de volumes différenciés en fonction des débouchés ainsi que la mise en œuvre d’un cadre interprofessionnel pour la régulation des volumes. Ce dont les transformateurs privés ne veulent pas entendre parler. Dans l’immédiat et en l’absence d’indicateurs de tendances pour le troisième trimestre 2010 les coopératives ont annoncé le versement d’un prix d’acompte à partir du 1er juillet 2010.

Quant à la FNPL elle appelle les producteurs les producteurs à demander dès aujourd’hui aux entreprises les prix qui seront applicables sur le troisième trimestre. S’ils s’avèrent inférieurs aux résultats de l’accord du 3 juin 2009, à savoir 31,1 €/1000 litres, elle annonce d’ores et déjà des actions syndicales dans les jours qui viennent, dont les modalités restent encore à définir. Cette démarche est appuyée par la FNSEA et les JA qui dans un communiqué commun demandent « aux producteurs de se mobiliser pour demander des comptes aux entreprises » en menaçant d’engager d’autres actions « en cas de réponse partielle ou partiale ».

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité