Aller au contenu principal

Congrès de l'AC3A
Nouvelle PAC : quels choix pour la France ?

L'association des chambres d'agriculture de l'arc atlantique, AC3A tenait son congrès les 29 et 30 août dernier à Dinan. Au cours de ces deux journées qui ont vu les représentants de l'AC3A participer à plusieurs débats, une table ronde était notamment organisée sur la nouvelle PAC. Ainsi, après l'accord du 26 juin, l'heure est désormais aux débats nationaux. Pour les agricultures de l'arc atlantique, les enjeux se situent à trois niveaux : l'articulation entre les budgets des deux piliers et la question du couplage d'une part, le choix du périmètre de convergence d'autre part, et enfin la suprime des 50 premiers hectares. Morceaux choisis des différentes interventions.

© Terra

Yves Madre (conseiller principal au cabinet de Dacian Ciolos) : "La nouvelle PAC est une PAC tournée vers l'avenir, pragmatique et flexible. Pour l'avenir, on ira dans la continuité sur les notions de durabilité, d'organisation de production et de gestion de crises. Le parlement a fait le choix de laisser une grande marge de manoeuvre aux Etats. C'est un vrai défi et j'espère que l'on ne prendra pas juste les outils existants en les remettant au goût du jour, mais il s'agit bien de faire des choix stratégiques pour l'avenir."

 

Hervé Guyomard (directeur scientifique agriculture à l'INRA) : "Concernant le périmètre de convergence, selon l'endroit où les curseurs vont être placés, on peut avoir des résultats très différents. Je ne pense pas que nous soyons à un tournant, mais plutôt dans la continuité du processus de réforme engagé depuis 1992. Pour la première fois depuis longtemps, on introduit un peu plus de lien entre les productions. Sur les outils de gestion de crise nous n'avons pour l'instant qu'un embryon d'instrument.

 

Henri Brichart (vice-président de la FNSEA, délégué sur la PAC) : "Le message qu'on nous délivre, c'est : vous devez vous adapter au marché et en même temps avec des règles environnementales qui sont souvent en contradiction avec ce que voudrait le marché. Nous avons besoin de stabilité pour nous permettre d'investir. J'ai été très heureux du discours de François Hollande au Space de l'an dernier. Mais concrètement, qu'est ce qui est fait ? On reste sur notre faim. Quelle place donnons-nous à la gestion de crise ? Quand on a un objectif différent sur le but des aides, forcément on a une vision différente sur la façon de les allouer. Enfin, si on cherche à limiter la perte des aides dans les régions intensives, la convergence partielle me paraît plus efficace que la surprîme qui sera peut être favorable pour certains mais pas pour d'autres".

 

Alain Rousset  (président de l'association des régions de France) : "Notre pays ne se réforme pas car il est centralisé. Les pays qui ont régionalisé nous ont dépassés. Nous devons nous inspirer de ce qui marche ailleurs pour dynamiser les économies de territoire. Ne confondons pas uniformité et différences, ayons un cadre global que l'on peut décliner ensuite en régionalisant les aides du 1er pilier. A mon avis, le clivage n'est pas gauche - droite, mais centralisateur ou décentralisateur".

 

Agnès Le Brun (parlementaire européen) : "La surprîme des 50 premiers hectares a l'apparence d'une fausse bonne idée. La question c'est pas comment faire pour les plus petites exploitations, mais comment faire pour différencier les types d'exploitation. Si la bataille se joue sur la répartition de l'enveloppe, sans avoir défini un projet, on a un problème".

Les missions de l'AC3A

 

L'AC3A, association des chambres d'agriculture de l'arc atlantique rassemble les cinq chambres régionales d'agriculture des régions Aquitaine, Poitou Charentes, Pays de la Loire, Bretagne et Normandie, ainsi que les 23 chambres départementales de ce territoire. Ses missions ? Une activité de lobbying et d'information, un lieu d'expérimentations interdisciplinaire dans les domaines de la prospective économique, des politiques territoriales et de l'accompagnement des entreprises agricoles et des acteurs en milieu rural. En outre l4AC3A s'est fixé comme objectif d'être une plateforme d'échanges de bonnes pratiques et de travaux en réseau.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité