Aller au contenu principal

Nul n’aura raison de notre détermination  !

Quand Stéphane Le Foll se met en colère, ce n’est pas pour se battre pour l’agriculture, mais pour défendre son image dans les médias. Ne lui en déplaise, à M’sieur le Ministre, les "syndicalistes du coin" ne demandent pas, eux, à passer à la télévision ! Les "syndicalistes du coin" demandent aux politiques de se mettre au travail sans délai pour que les paysans dégagent du revenu, et pour sortir nos filières agricoles et agroalimentaires de l’impasse. Ce n’est pas à coups de carnet de chèque que le Ministre de l’agriculture va garantir l’avenir d’un pan entier de l’économie française. Et c’est encore moins à coups de plans de reconversion des paysans que le Conseil régional va définir une stratégie pour l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire bretons. L’urgence est d’en finir avec les distorsions de concurrence fiscales, sociales et environnementales qui plombent notre compétitivité. Le gouvernement a également l’obligation d’aboutir sur l’étiquetage de l’origine des produits transformés : c’est un dossier emblématique, dont l’issue est vivement attendue par l’ensemble des agriculteurs et consommateurs français. La proposition de loi en faveur de la compétitivité de l’agriculture et de l’agroalimentaire, adoptée par le Sénat le 9 décembre dernier, ne résoud pas tout, mais c’est déjà un début de réponse à nos demandes. Avec une agriculture à genoux, quelle provocation de voir le sort qui a été réservé à ce texte : il a fait l’objet d’un torpillage politique en règle par les députés de la majorité lors de son examen en commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale, le 27 janvier dernier ! Il est plus que temps que nos décideurs politiques se rassemblent autour de l’économie et de la compétitivité de nos filières. Par ailleurs, l’Etat met tout en œuvre pour réduire les agriculteurs à des "casseurs", et ainsi décrédibiliser les actions syndicales. Alors même que les abus de la grande distribution font partie des causes structurelles du désarroi et de la faillite du monde agricole, le Préfet de la région Bretagne se range du côté des GMS, leur offrant la protection et la bienveillance de l’Etat ! Et c’est encore nous qui devrions subir l’arsenal répressif de l’Etat ? C’est inadmissible. Le Préfet Strzoda a affirmé : " Nous ne partons pas en guerre, mais nous disons que le moment est trop grave pour laisser continuer ces manifestations." Doutons que l’Etat ne soit pas déjà parti en guerre contre le monde paysan. L’heure est au rassemblement des forces vives de notre pays. Nul n’aura raison de notre détermination.

Thierry Merret Président de la FDSEA 29
Thierry Merret Président de la FDSEA 29
© Terra
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité