Aller au contenu principal

Herd -book Limousin
objectif : un veau par vache et par an

"Laborieuse", c'est ainsi qu'a été qualifiée la campagne 2011/2012 pour les éleveurs allaitants, lors de l'assemblée générale de la section bretonne du Herd-book Limousin, à Ploërdut, le 30 mai. Autant, ne pas négliger la conduite de la reproduction qui conditionne le revenu des éleveurs.

A la tribune pour l'assemblée générale de la section, Marc Gambarotto, directeur, Thomas Welfinger, inspecteur, Jean Philippe Brossillon, de HB limousin national, Guillaume Talec, président de la section Bretagne et Catherine Bausson, chef de service.
A la tribune pour l'assemblée générale de la section, Marc Gambarotto, directeur, Thomas Welfinger, inspecteur, Jean Philippe Brossillon, de HB limousin national, Guillaume Talec, président de la section Bretagne et Catherine Bausson, chef de service.
© claire le clève

Avec 96 adhérents (-9), la section bretonne du Herd-book Limousin continue à maintenir sa 6 éme place au niveau national, avec près de 3400 vaches cotisantes (-10 %). Ce, dans un contexte "laborieux", comme l'aura rappelé Guillaume Talec, président d'une section dont l'activité de certification est jugée positive, tout comme le niveau de qualification. Ainsi, "les chiffres attestent de la qualité génétique du cheptel". A noter, l'exportation qui repart à la hausse (+40%) après les épisodes bloquants de la FCO, et ce "avec des perspectives vers l'Europe de l'est". Malgré l’érosion de ses effectifs et le contexte difficile pour le cheptel allaitant, "la Limousine se maintient à la première place en Bretagne". Reste le revenu des éleveurs, essentiel pour maintenir l'activité.

 

Inter "Un veau par vache et par an, c'est toujours vrai en allaitant".

 

Son amélioration va de pair avec celle des performances en reproduction. "Elles se sont dégradées de 2005 à 2011", constate Catherine Bausson, chef de service Herd-book Limousin, avec Loïc Oliviéro, d'Intervet. "On peine à retrouver le niveau antérieur à la FCO". Premier levier à travailler pour y parvenir, l'âge du premier vêlage. "Il doit intervenir entre 24-et 30 mois", d'où l’intérêt d'être vigilant sur la croissance des génisses. Quant à l'indicateur du taux de vaches qui vêlent ? "Il devrait être de 90 %, ce n'est pas acquis et cela vous coûte de l'argent", préviennent-ils, démonstration à l'appui. 5 % d'écart, c'est 1800 euros de perdus et si l'Intervalle Vêlage-Vêlage (IVV) augmente de 20 jours sur un troupeau de 75 mères, ce sont 4 veaux en moins et par an. "Le repère est d'avoir un IVV inférieur à 390 jours au premier vêlage, puis inférieur à 380 ensuite", enchaînent-ils. Attention, "une carrière de femelle est pénalisée par un premier vêlage difficile", démontrent-ils. Enfin, il faudra s'appliquer à garder le veau en vie. "Car on enregistre encore un taux de mortalité de 8,4 % entre naissance et sevrage dans notre race. Il devrait être inférieur à 5 %". La perte se chiffre à 1270 veaux pour les éleveurs bretons.

Claire Le Clève

Repères

La Bretagne comptait en 2011, 120 000 vaches toutes races allaitantes confondues et 117 000 en 2012, soit moins 3 %. En 2011, 35900 vaches limousines paissaient sur les prairies bretonnes contre 35297 en 2012, soit moins 2 %. "Ce n'est pas la catastrophe annoncée", a tempéré Pierrick Messager de Breizh Bovins Croissance.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité