Aller au contenu principal

Observatoire des prix et des marges: mauvaise année pour l'élevage

© HB

«Il y a des bonnes années et des mauvaises années», résume Philippe Chalmin, président de l'Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) lors de la présentation du rapport annuel, le 3 juin 2019. Pour l'élevage français, 2018 est une mauvaise année. Globalement, les prix à la production agricole ont augmenté de 2,2%. En lait de vache, cette hausse se limite à 1%. A l'inverse, en porc, les prix payés à la production chutent de 11,8%, du fait d'une demande chinoise en peine. Ils diminuent de 0,6% en viande bovine et restent stables en volailles de chair. En regard, les prix des moyens de production sont en hausse depuis 2017, ne permettant pas aux éleveurs de couvrir leurs coûts de production et une rémunération du travail à deux Smic. «En 2018, les producteurs porcins n'ont pas couvert la réalité de leur coût de production», explique Philippe Chalmin. Une situation équivalente en lait, tant en plaine qu'en montagne, à l'exception de la région Est. Quant à la viande bovine «elle est en négatif depuis l'origine, décrypte l'économiste. Et la situation s'est empirée en 2018.».

Le syndicalisme majoritaire appelle à s'appuyer sur les travaux de l'OFPM

Après la publication, le 3 juin, du dernier rapport de l'OFPM (Observatoire de formation des prix et des marges), la FNSEA et les JA ont appelé à «entamer le rapprochement (...) entre les indicateurs interprofessionnels et les indicateurs fournis par l'Observatoire». Lors des débats de la loi Egalim, ils plaidaient pour que l'OFPM calcule les indicateurs de coûts de production. Une mission finalement confiée aux interprofessions. «Dans la quasi-totalité des filières, [les agriculteurs] ont été dans l'incapacité de couvrir leurs coûts de production par les prix de marché en 2018», estiment la FNSEA et les JA, rappelant qu'il est «encore trop tôt pour évaluer l'impact de la Loi Egalim.» Même son de cloche du côté de l'APCA, qui pointe des «difficultés croissantes pour les agriculteurs dans la répartition de la valeur ajoutée» dans son propre communiqué. Claude Cochonneau, président de l'APCA, s'inquiète de «l'accentuation des tensions dans les négociations commerciales» et attend «des résultats tangibles de la loi et un retour de la valeur ajoutée due aux agriculteurs.»

Lait: pas encore d'évaluation fine des marges (Observatoire des prix et des marges)

Pour la présentation de son huitième rapport, le 3 juin, l'Observatoire des prix et des marges n'est toujours pas parvenu à livrer une «vision globale de la rentabilité des produits laitiers en France» dans les entreprises laitières. Une étude a été conduite en 2018, par un cabinet privé, qui n'a pas donné satisfaction à l'Observatoire. Des difficultés liées à la grande diversité des métiers (poudres, laits liquides, fromages, etc.), mais aussi au «faible enthousiasme des intéressés», les laiteries, a regretté, le président de l'Observatoire Philippe Chalmin. Il espère toutefois y parvenir l'an prochain.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité