Aller au contenu principal

Oléopro fait le lien entre producteurs et éleveurs

Le salon des oléagineux et protéagineux se tiendra les 20 et 21 juin sur le site expérimental de Sourches (72), à Saint-Symphorien. Cet événement professionnel apportera des réponses pratiques tant aux cultivateurs qu'aux éleveurs.

J-5 pour les organisateurs du salon Oléopro. En particulier pour Francis Cacérès, ingénieur du Cetiom, qui depuis le piquetage des parcelles sur le site de Sourches à Saint-Symphorien il y a un an, a suivi l'implantation des parcelles d'essais et de démonstration déployées sur 30 ha.

Avec le président Bernard de Verneuil, et le directeur, Fabien Lagarde, ils s'attendent à recevoir près de 15 000 personnes pour cet événement professionnel qui rassemble tous les acteurs de la filière des oléoprotéagineux.
"Ce salon se veut l'interface entre les cultivateurs et les éleveurs, déclare le président du Cetiom,  il illustrera les liens entre les productions animale et végétale en soulignant que la production de protéines locales réduit la dépendance de nos élevages. C'est l'enjeu d'une agriculture performante et durable. Le salon Oléopro apporte donc, pour la première fois, des réponses pratiques aussi bien à l'éleveur - au sujet de la composition des tourteaux, de la valorisation des effluents,...- qu'au producteur."
Les innovations seront au coeur des 8 pôles du salon. Sur le plan des variétés végétales, des méthodes d'implantation et de récolte avec notamment des démonstrations de barres de coupe qui permettent aujourd'hui de limiter les pertes à 0,5 quintal/ha. "Ces pertes à l'avant de la machine peuvent atteindre 3q/ha, rappelle Fabien Lagarde, or, au prix actuel de la graine de colza, il vaut mieux en récolter le maximum". Sur le plan nutritionnel ensuite, avec les résultats de la recherche dans le domaine de la digestibilité des protéines, adaptés à chaque espèce animale. Sur le plan environnemental aussi avec l'engagement de la filière des oléagineux depuis 2008 dans l'amélioration du bilan énergétique et d'émission de gaz à effet de serre des parcelles.

Les "deux voies de développement" de la filière  des oléoprotéagineux, identifiés par Bernard de Verneuil comme étant "la chimie verte et la biomasse", seront évoqués au gré de l'allée unique de 960 m du site. En particulier avec le témoignage sarthois d'un projet  production de biogaz à partir des effluents d'élevage. 
D. Grosbois
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité