Aller au contenu principal

Forum énergie des chambres d'agriculture
Olivier Lapierre plaide "la voie de l’intensification écologique"

La productivité est un des leviers pour améliorer la performance environnementale de l'agriculture selon l'agronome Olivier Lapierre.

L'intervention d'Olivier Lapierre, en introduction du forum énergie organisé par les chambres d’agriculture de Bretagne le 6 décembre à Noyal-Pontivy (56), a tout de suite donné le ton. Il montre notamment que la recherche de productivité est un des leviers dont dispose l’agriculteur pour améliorer la performance environnementale de son exploitation, en termes de consommation d'énergie, directe et indirecte, et d'impact sur les gaz à effet de serre (GES).

En grandes cultures par exemple, bien que la fertilisation ait un rôle prépondérant, de plus de 80% sur les émissions de GES, "une sous-fertilisation est loin d’améliorer la performance énergétique, et les besoins de surface supplémentaires sont non négligeables", souligne Olivier Lapierre, qui préconise "un pilotage très fin de l’apport d’azote et de l’estimation de rendement" pour "aller chercher le dernier quintal, pas plus pas moins".

De même, en productions animales, baisser l’indice de consommation du porc de 3,0 à 2,7 représente 10% de GES en moins, soit 140 kg CO2 par tonne de carcasse, l'équivalent d'un déplacement de camion vers l’Ukraine. Aussi l’éleveur n’est pas à seul, face à ce challenge. Les fabricants d'aliment en particulier, ont un rôle à jouer non négligeable sur le coût carbone, par leur choix de formulation et par l'origine des différentes matières premières.

 

Des leviers contextuels

L'agriculture représenterait aujourd'hui 7% des consommations d'énergie et 15% des émissions de GES au niveau mondial, selon le dernier rapport de la FAO. Pour compenser localement les consommations d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre incompressibles, la méthanisation est selon Olivier Lapierre, le moyen le plus intéressant en termes de performance environnementale. Viennent ensuite les cultures énergétiques et les panneaux solaires.

Mais "attention, les leviers sont toujours contextuels", insiste-t-il, les solutions pouvant varier selon les conditions de sol et de climat. Solutions qui devront être en outre arbitrées selon différents critères, économiques, de main d'œuvre ou de surface. La réussite de leur mise en œuvre étant entres autres conditionnée par une réflexion collective cohérente à l'échelle du territoire.

Olivier Lapierre a enfin rappelé que si l’énergie représente un enjeu économique important pour l’agriculture, c'est aussi un enjeu de communication fort pour un public de plus en plus sensibilisé aux questions d’empreinte carbone, et peut-être bientôt une condition d’accès au marché.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité