Aller au contenu principal
Font Size

Opération d’échanges parcellaires lancée sur Ploërmel Communauté

  Un îlot éloigné du siège d’exploitation ? Pour favoriser, sur la base du volontariat, le regroupement parcellaire sur les 30 communes de Ploërmel Communauté, une démarche originale d’échange amiable y est lancée. Pour en informer les 1 200 chefs d’exploitations du territoire, six réunions sont à venir.

Pour présenter la démarche : Guy Le Bolu, Patrick Le Difon, François Valy et LaëtiTia Goupil.
Pour présenter la démarche : Guy Le Bolu, Patrick Le Difon, François Valy et LaëtiTia Goupil.


 

 

A l’instar d’une initiative lancée en Ille et Vilaine sur le pays de Brocéliande où 200 ha avaient pu être échangés entre 150 exploitants, c’est une première en Morbihan qu’ont présentée les élus de l’EPCI et la chambre d’agriculture, missionnée sur cette action. 627 fermes et 1 190 chefs d’exploitation sont potentiellement intéressés par cette démarche de regroupement de parcelles par échange volontaire et amiable qui, a terme devraient leur permettre d’améliorer la structuration de leur parcellaire. "Et à l’heure du réchauffement climatique, rapprocher ses terres du siège de l’exploitation, c’est moins de consommation de fuel, c’est plus de sécurité sur la route avec moins d’engins y circulant, c’est moins de temps pour aller au champ et plus de possibilités de pâturage", vante François Valy, éleveur de porcs et président de l’antenne chambre de Ploërmel.

Action de compensation

Déclencheur de cette initiative, l’emprise du terrain mobilisé pour la construction du nouveau lycée public à Ploërmel. "Face à ces 10 ha pris à l’agriculture, la loi nous oblige à une compensation agricole", présente Patrick Le Diffon, président de la communauté de communes. "Nous avons travaillé sur cette action de compensation au-delà de l’agriculteur concerné, pour qu’elle concerne tout le monde et puisse apporter un mieux à chacun", poursuit l’élu. "La démarche a été actée au sein du comité agricole qui intègre le syndicat du grand bassin de l’Oust mais aussi le PCAET, (plan climat-air-energie territorial) en cours", note Laëtitia Goupil, chargée d’animation territoriale à la chambre d’agriculture.

Recentrer au pied des sièges

"Le but de cette démarche n’est pas la cession", cadrent les élus, "c’est juste de favoriser l’échange de parcelles. Tout le monde croit toujours avoir la meilleure terre. Là dans un premier temps il s’agit d’informer sur ce qu’est l’échange. Il se fera sur la base du volontariat, de gré à gré", précise François Valy. "On doit avancer pour que demain les terres se regroupent au pied des sièges d’exploitaitons", invitent ces responsables. Dès le 12 novembre, six réunions à destination de tous les agriculteurs et des propriétaires fonciers permettront d’apporter les informations sur la démarche et sur la réglementation en matière de haies bocagères "qu’on doit conserver pour tous leurs bénéfices", rappelle François Valy. Des présentations qui se feront autour des cartes anonymes du parcellaire. "C’est souvent riche d’enseignement sur le morcellement", pointe Laëtitia Goupil, tant les gains escomptés sont flagrants. Dans la deuxième phase de travail, à partir de janvier 2020, des groupes de travail seront constitués avec des volontaires. "La plupart des projets aboutissent entre 6 mois et un an, on accompagnera sur les gains attendus dans les échanges envisagés, avec de la médiation ou du conseil mais il n’y aura pas d’analyse agronomique de terre. C’est à chacun de mesurer ce qui est attendu par l’échange", poursuit l’animatrice.

Innovante, chacun espère que cette démarche "contribue à améliorer l’organisation du territoire rural et qu’elle apporte un bénéfice à chacun en matière de confort économique mais aussi de qualité de vie".

 

 

 

 

Légende : Sur les 50 000 ha du territoire de l’EPCI, le regroupement est possible pour améliorer le parcellaire parfois morcelé comme le révèlent les cartes anonymes colorées.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité