Aller au contenu principal

PAC : limiter la casse en veaux de boucherie

En moyenne, les éleveurs de veaux de boucherie vont perdre progressivement jusqu’à 46 % de leurs aides Pac à horizon 2019. Une situation qui risque de plonger nombre d’éleveurs en difficulté financière. Une proposition a été soumise au ministère de l’agriculture pour limiter la casse.

En moyenne, les éleveurs de veaux de boucherie vont perdre progressivement jusqu’à 46 % de leurs aides Pac à horizon 2019.
En moyenne, les éleveurs de veaux de boucherie vont perdre progressivement jusqu’à 46 % de leurs aides Pac à horizon 2019.
© H.B

Philippe et Céline Le Louarne, éleveurs de veaux de boucherie à Allineuc  l’affirment : "les pertes liées aux DPU sont conséquentes. Concrètement c’est la moitié de la marge brute qui disparaît". Une situation qui complique l’organisation de l’exploitation qui emploie aujourd’hui deux salariés en temps partagés sur l’atelier bovin de 800 places et l’atelier poulette.

L’équilibre de la filière bousculé


Si les cours des marchés du veaux se maintiennent, la perte de la moitié des aides risque fort de fragiliser nombre d’exploitations, "notamment les jeunes installés", explique Philippe Le Louarne. Et d’ajouter: "dans un contexte où l’investissement de la place est évalué à 1000/1200 €, et que rien n’est assuré sur la Pac pour les JA, il ne sera plus possible de s’installer. Clairement, les banques ne suivront pas". Ainsi, pour limiter la casse, l’éleveur a pris contact avec le conseiller général de son canton (Uzel) qui a prévenu Marc Le Fur, député, pour évoquer la possibilité d’une aide spécifique couplée d’une hauteur de 10 € par tête sortie. Cette aide coûterait au total 12 millions d’euros et serait prise sur l’enveloppe globale destinée aux aides couplées (1 milliard d’euros a redistribuer). Ainsi, une réunion s’est tenu vendredi dernier avec les élus, mais aussi le directeur de la Draaf et Olivier Allain, président de la chambre d’agriculture pour exposer le projet. Si rien n’est encore décidé, le député a assuré transmettre l’information au ministère. Les structures départementales sont décidées à suivre le dossier.

Veaux de boucherie : les aides Pac dégringolent


Selon les chiffre de Cerfrance, une exploitation moyenne installée en veaux de boucherie comporte 342 places pour 25 ha de SAU. Par ailleurs, le résultat courant par place de veau est estimé à 101,4 € alors que la DPU atteint également les 101 €.Ainsi, en moyenne, les exploitations qui recevaient 34 500 € d’aides Pac pour l’année 2012/2013, soit 1 420 €/ha, ne percevrons plus que 18 900 € soit 765 €/ha. "Même si nous avons le temps de nous préparer à cette évolution qui n’interviendra qu’en 2019, elle sera, à terme, effective et pénalisante", estime Philippe Le Louarne.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité