Aller au contenu principal

Parcellaire aménagé, tout à gagner

Pour mener à bien un échange parcellaire, la Safer de Bretagne a un rôle essentiel. Elle l'a présenté lors de son assemblée générale du 21 mai.

A quelques-uns ou au niveau de toute une commune, les agriculteurs ont tout à gagner à échanger des parcelles pour optimiser leur foncier. "Avec des parcelles regroupées, il y a moins de transport, plus de terres accessibles aux vaches, on gagne en temps de travail et en efficacité économique", avance Soazig Perche, conseillère à la chambre d'agriculture d'Ille et Vilaine.
Les arguments sont nombreux. Sur un hectare de blé, le temps de travail est multiplié par trois quand la parcelle est à 10 km du siège d'exploitation. La comparaison entre la conduite de parcelles proches et d'autres éloignées a montré que la proximité favorisait l'utilisation de fertilisants organiques, la diminution des doses phytosanitaires par la simple possibilité d'une meilleure observation et le meilleur entretien du bocage.
Souvent le regroupement parcellaire permet de retrouver des terres pâturables sans route à traverser. "Dans les bassins versants "algues vertes" ou en contentieux, le regroupement parcellaire pourra participer à l'amélioration des pratiques agronomiques", estime Jean-Paul Le Lan, directeur de la Safer de Bretagne.

 

Un rôle de facilitateur

Des intérêts, il y en a; des possibilités beaucoup moins, car pour être efficace, un aménagement parcellaire demande que plusieurs agriculteurs et leurs propriétaires fonciers se mettent autour d'une table et acceptent les échanges. "La Safer est là pour faciliter les choses", assurent ses responsables, qui remarquent que la présence de terres en réserve est souvent l'élément déclencheur d'une opération d'échanges.
Cela a été le cas sur la commune de Domagné (35), une commune qui avait besoin d'espace pour construire une station d'épuration et sur laquelle les exploitations vont être perturbées par la ligne du TVG. "Nous avons travaillé avec la Safer pour trouver du foncier et accompagner les négociations", souligne Bernard Renou, maire de Domagné. Au final, une agricultrice, dont le siège d'exploitation était coincée dans le bourg, a pu se ré-installer, les parcellaires ont été réaménagés en prévision du passage de la LGV et la commune a trouvé l'endroit où construire sa station.
A Muzillac (56), le repérage par l'Odasea de deux exploitations sans successeur a entraîné une remise à plat du parcellaire de la commune. Le conseil régional a financé le stockage des terres qui ont permis l'installation et plusieurs exploitants ont pu réaménager leur parcellaire.
Pour faciliter l'échange parcellaire, reste quelques freins à lever. "Nous avons besoin de moyens financiers pour faciliter le stockage des terres, évoque Joseph Gautier, président de la Safer de Bretagne. Les agriculteurs ont aussi besoin de plus de souplesse dans le transfert des droits, DPU, références laitières et autres PMTVA".
Pour ceux qui veulent en savoir plus, rendez-vous au Space : la plateforme recherche et développement sera consacrée à l'aménagement parcellaire.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
Les pratiques agricoles évoluent encore dans les bassins versants
Baisse d’achats d’engrais, plus de sécurité lors des traitements, progression des modes de cultures alternatifs… les pratiques…
Publicité