Aller au contenu principal

frank Guehennec
PAROLES, PAROLES

Compétitivité ! Performance économique ! Simplification administrative ! Pacte de responsabilité ! Autant de mots que nos responsables politiques -à commencer par le premier d’entre eux François Hollande- prononcent à l’envi depuis quelques mois. Comme s’il suffisait de les déclamer, pour voir, comme par enchantement, notre économie se redresser, la croissance repartir et le chômage décroître. Mais il faudra bien plus que des mots pour nous convaincre, nous, agriculteurs. Il y en a marre des paroles ! Tous les jours, nous constatons l’écart entre les déclarations et les faits. Les Politiques, par force, finissent par admettre qu’ils ne peuvent plus faire fi de certaines réalités économiques. Mais l’Administration, elle, ne change pas. Tel un rouleau compresseur, elle continue à produire des règles, des procédures, des contraintes, d’une telle complexité que plus personne n’y comprend rien. Même les plus volontaires d’entre nous, finissent par baisser les bras ! Et pendant ce temps, chaque jour, l’agriculteur sur son exploitation essaie de travailler en véritable chef d’entreprise. Un simple exemple : le plan prévisionnel de fumure. Les nouvelles règles à prendre en compte pour le réaliser constituent un monument de complexité administrative. Un magnifique symbole de ce que notre technocratie peut produire. Le résultat est prévisible : les paysans en confieront la réalisation à des partenaires, à des organismes de service. Ils perdront ainsi encore un peu plus d’autonomie, de capacité de décision, sans que le coût engendré par cette délégation n’ait le moindre effet sur l’amélioration des pratiques agricoles, et sur la qualité de l’eau. Quant à la performance économique des exploitations agricoles, je ne vois pas comment elle s’améliorerait. La délégation de tels actes, conséquences directe de la complexification, va alourdir les charges de nos exploitations. Et les conséquences négatives ne s’arrêtent pas là. La modification des normes risque fort d’amener certains, notamment les éleveurs laitiers, à reprendre les terres d’épandage mises à disposition. Cela va aviver les tensions entre les productions, et accroître la pression sur le foncier. Par ailleurs, l’évolution des dates d’épandage, non-sens agronomique, va entraîner des difficultés de stockage et des coûts supplémentaires. Ce sont des exemples. Je pourrais malheureusement en citer bien d’autres ! C’est pourquoi, face aux discours auxquels aujourd’hui nous, agriculteurs, pourrions adhérer, je dis : STOP. Il y en a marre des paroles : Il nous faut des actes !Laissons le monde paysan s'exprimer par la production, et participer au redressement de la France. Libérons les énergies, nous sommes prêts à relever le défi.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité