Aller au contenu principal

Paysans du Nord, paysans du Sud, nos sorts sont liés !

L'Afdi, Agriculteurs français et développement international, a tenu son assemblée générale le 5 juin dernier à Quimper. Rencontre avec Geneviève Le Cadre, présidente de l'association qui vient en aide aux paysans du Sud.

L'assemblée générale est toujours un temps fort dans la vie d'une association. Sur quels thèmes avez-vous axé la vôtre, le 5 juin dernier ?

Geneviève Le Cadre. "Nous nous sommes rendu compte que les gens connaissaient mal Madagascar, l'un des lieux où l'Afdi Bretagne intervient depuis des années. Cette année, nous avons donc décidé de présenter l'île, avec l'aide de Josiane Guéguen, journaliste à Ouest France, et de Véronique Lunven, une volontaire de l'Afdi qui y a passé deux ans et qui vient de publier un livre pour partager son expérience. Nous avons aussi demandé à un responsable de l'Afdi, au niveau national, de venir nous faire part du travail des différents Afdi à Madagascar".

Pourquoi aider les organisations paysannes dans les pays du Sud ?

J.L.C. "Il faut des organisations agricoles fortes pour que les paysans arrivent à dégager un revenu, pour faire vivre leur famille mais aussi développer des emplois en amont et en aval : artisanat, services… Il faut que les paysans du Sud prennent conscience que leur travail permettra d'améliorer la situation de leur pays, en créant de la richesse et en améliorant le niveau de vie. Et qu'au final, ils seront bien plus heureux chez eux, avec leur propre mode de vie, que chez nous, dans des conditions pas toujours favorables".

Quelles sont les nouveautés de l'année ?

J.L.C. "Aujourd'hui, une bonne partie des financements auxquels peuvent prétendre les pays du Sud est en train de se professionnaliser, obligeant les responsables locaux, désormais comptables de l'utilisation des fonds, à se former à de nouvelles responsabilités et à apprendre à gérer avec efficience et rigueur".
Quel message souhaitez-vous faire passer aux agriculteurs bretons ?
J.L.C. "Contrairement à ce que certains peuvent penser, le sort des paysans du Sud est lié au nôtre : notre avenir ne se fera pas sans eux et vice versa. Nous sommes tous sur le marché mondial même s'ils n'ont pas beaucoup d'excédents à vendre. Si leur sort s'améliore, s'ils ont plus de cultures à vendre, leur pouvoir d'achat progressera et nous pourrons leur vendre certains de nos produits. A l'inverse, s'ils se portent mal, nous aussi ! Et il ne faut jamais oublier que nous ne sommes pas concurrents, puisque nous ne produisons pas la même chose, mais complémentaires".
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
Publicité