Aller au contenu principal

Transmission sociétaire
Penser la progressivité

Près d'une ferme sur deux sera à reprendre dans les 10 prochaines années. Si transmettre son exploitation c'est bien, transmettre en installant, c'est mieux. Y a-t-il de bonnes formules pour y parvenir ? Dans le Morbihan, c'est à celle sociétaire que s'est intéressée la semaine de la transmission organisée par les chambres d'agriculture de Bretagne.

A gauche, Xavier Le Quernec, producteur de porcs, lors de la table ronde animée par Marie Claire Piel et Benoît Colléaux, producteur et transformateur de lait bio
A gauche, Xavier Le Quernec, producteur de porcs, lors de la table ronde animée par Marie Claire Piel et Benoît Colléaux, producteur et transformateur de lait bio
© terra

Transmettre progressivement en s'associant, c'est l'option prise par les époux le Quernec. Ces producteurs de porcs, installés à St Tugdual avec un salarié, en production porcine, songent depuis quelques années à la reprise de leur exploitation. "Nos filles n'étaient pas intéressées. C'était angoissant".


Faciliter la transmission, "une réussite économique et humaine"

 

Alors il y a 4 ans, avec leur centre fiscal, ils agissent. "Nous avons séparé l'exploitation en 2 sociétés, d'un côté, le foncier et la partie alimentation, de l'autre, la partie porcine". L'objectif ? "Ne céder dans un premier temps que la partie porcine, et mettre à disposition l'autre. C'est ce qui nous semblait le plus adapté pour transmettre à un jeune", détaille Xavier Le Quernec. Depuis lors, leur groupement leur en a présenté un, non issu du milieu agricole, "motivé et avec une bonne expérience". Le courant est passé entre eux, aussi l'idée de s'associer. "Comme cela, son installation sera progressive, durant 5 ans. Nous souhaitons qu'il soit majoritaire sur la société pour son implication", rajoute l'exploitant prudent qui souligne l'importance des relations humaines. Ils se sont préparés en suivant une session "sur les relations entre associés", avec la chambre d'agriculture. "On se dit qu'on a réussi notre carrière mais si on réussit à installer quelqu'un comme cela... Cette exploitation, c'est un peu notre bébé. Si ça peut être une réussite économique et humaine ".


La ferme familiale devient sociétaire

 

Autre expérience que celle de Benoît Colléaux. Passé 30 ans, un diplôme d'ingénieur en poche et quelques années d'expériences en Seine Maritime, il a repris la ferme laitière de son père à Guer en janvier 2011, après deux ans de maturation du projet pensé en société.  "Je souhaitais diversifier l'activité par la vente locale mais aussi diversifier les tâches, faire de la transformation et porter le projet collectivement avec un associé plutôt qu'un salarié". L'intégration de Maxime Quesnel ne s'est pas improvisée. "Il est arrivé en avril 2010 pour un stage de parrainage avec mon père sur la ferme". Là encore, "pour créer les conditions de bonne entente, il faut s'investir, prendre du temps pour fondwer un socle commun, chacun se fixer des objectifs, les écrire. En a découlé un projet technique et économique". Le troupeau  de 35 vaches laitières en bio lui n'a pas varié. Et si l'installation a été facilitée par des terres en location, un bâtiment loué au Gaec et une simple reprise du cheptel et d'un tracteur, les associés envisagent désormais d'accueillir un 3e associé. "Le partage du projet est la condition de réussite de l'association. Il est toujours possible de créer les conditions d'installation d'un tiers. C'est simple. Le facteur humain est primordial", insiste Benoît Colléaux.

Claire le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité