Aller au contenu principal

Phytos. Une opération inédite testée sur le BV du Chiffrouet

Une action coordonnée entre vendeur, prescripteurs, agriculteurs est en cours sur le bassin versant du Chiffrouët afin de réduire les quantités de phytosanitaires dans l'eau sur le territoire de Lamballe -Terre et Mer. Des agriculteurs ont participé à une opération de sensibilisation consacrée au désherbage du maïs lundi et mardi dernier à St-Aaron.

La démarche est suffisamment inédite pour être relayée : le groupe Syngenta, les coopératives et négoces, la chambre d'agriculture ont entamé une démarche commune sur le territoire du bassin versant du Chiffrouët, affluent du Gouessant, pour conseiller et sensibiliser les agriculteurs sur la pratique du désherbage du maïs. Une opération "test" avec pour maître d'ouvrage Lamballe Terre et Mer, pilotée par la chambre d'agriculture qui vise à réduire les quantités de phytos retrouvées dans les eaux superficielles sur le territoire. Des herbicides : métolachlore, mésotrione, clopyralide, foramsulfuron... ont été détectés en quantité dans les analyses réalisées en juin 2018 par la communauté de communes, dont la rivière du Chiffrouet.
Choisi pour sa taille restreinte, ce petit bassin versant d'une soixantaine d'agriculteurs cultivant du maïs teste une méthode d'approche à l'échelle du territoire où se mêlent des réunions collectives et du conseil individuel. En plus de l'enquête individuelle réalisée par téléphone auprès des agriculteurs, la chambre d'agriculture a mené en parallèle un travail de positionnement et de notation des parcelles à risque (en collaboration avec le Sage Baie de St Brieuc). Un nouvel axe est pris en compte, celui du niveau de risque de chacune des parcelles.
En février, s'en est suivie une restitution auprès des coopératives et négoces du territoire. "Au lieu d'agir de façon dispersée, nous nous rassemblons", décrit Cédric Jaffry de la chambre d'agriculture. Après la réunion collective d'information les 11 et 12 mars dernier, les agriculteurs seront conseillés individuellement par leur technicien habituel.

Adapter la stratégie
Lundi et mardi dernier à St Aaron, pendant une matinée, les partenaires tous présents, ont passé en revue un ensemble de préconisations et de conseils. Comment limiter les transferts vers le milieu (dérive et gestion du fonds de cuve) ? Comment limiter la quantité de matière active ? Sur ce point, la chambre d'agriculture préconise de débuter par la reconnaissance des adventices présentes puis d'actionner les leviers agronomiques en premier lieu - rotation, labour, déchaumage/faux-semis... - avant d'adopter une stratégie phyto et/ou mécanique en fonction du risque de transfert des parcelles (molécule de type 1, désherbage mécanique seul...). "On peut piocher dans tout ! On est sur un projet incitatif, sans objectif chiffré. Par contre nous sommes tous en lien. Si la grande majorité des agriculteurs est ouverte et bien informée, on peut montrer que l'on arrive à faire quelque chose", assure Cédric Jaffry.
Un bilan durant l'été (relevé de la flore et analyse d'eau) bouclera la phase de test.

A noter, ce 20 mars à St Aaron, une 3ème réunion d'information sur les pratiques de désherbage du maïs, ouverte cette fois à tous les agriculteurs intéressés.

Après l'eau, l'air.

"Une bonne pulvérisation est une pulvérisation qui ne se voit pas. Evitons de faire du brouillard", rappelle Philippe Garde, ingénieur conseil en sécurité de l'environnement chez Syngenta, après une série de tests sur des buses (eau et argile). Syngenta est intervenu sur la prévention des dérives et la gestion des fonds de cuve, insistant sur la responsabilité de chacun. "On a le bidon en main, il y a des choses à respecter. Une personne sur un bassin versant suffit, même si les 99 % font bien. Enlever un risque, c'est de l'anticipation et de l'organisation". Mais après la qualité de l'eau, vient celle de l'air. "On a maintenant les prémices pour l'air, il faut prendre les devants".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité