Aller au contenu principal

Ploermel : d'Inter GVA à Idréa

Idréa pour Initiatives pour le Développement Rural et Agricole. C'est le petit dernier. Il est né jeudi 10 avril, à 20h57 à Gourhel, de la mutation des GVA de la région de Ploermel. Avec son avènement, s'achève un cycle de métamorphoses. Celui des groupes de vulgarisation agricole du Morbihan qui, l'un après l'autre, ont opéré leur transformation, du local au départemental.

 

 

Un faire part de naissance ! "Le bébé se porte bien avec ses 280 adhérents". C'est le clin d’œil qu'a réservé Idréa , annonçant dès le lendemain dans les boîtes mail, son avènement. Mourir pour renaître, il faut oser. "On n'avait pas le choix", confie en aparté l'un de ses responsables face à l'image "un peu ringarde qui collait à la peau de la vulgarisation à la mode grand papa ". Sans compter "l'étiolement de la participation, l'essoufflement des responsables, l'absence de renouvellement". De quoi user les meilleures intentions. Dans le Morbihan, tous les groupes ont expérimenté la rénovation. Et c'est après avoir fêté leurs 50 éme anniversaires qu'ils se sont résolus au changement. Il n'est pas de façade. Première à avoir franchi le cap, la région du Faouët a montré la voie, dès 2011, avec Idéa et une structuration fondée sur la culture de projets et de thèmes, pour porter le groupe. Les cinq autres lui ont emboîté le pas jusqu'à la fédération départementale (lire encadré). "C'est un projet de modernisation collectif. A voir le nombre de jeunes qui s'y est investi, c'est très bon signe pour l'avenir et la pérennité de nos groupes", apprécie Eric Touzard . Pour y parvenir, "nous avons pris du temps, 18 mois, c'était nécessaire", note Marie Pierre Racouët, inventoriant sans concession leurs forces et faiblesses, les menaces d'une situation et les opportunités à saisir.

 

Toujours et encore du développement rural et agricole

 

"Le contexte reste porteur, il y a besoin de nourriture. Avec le renouvellement des générations, il y a un vivier de jeunes. Les groupes sont toujours porteurs pour répondre aux besoins techniques économiques, sur les énergies, l'agronomie...". Les raisons d'y croire sont fortes. Refonder, c'est aussi reposer le socle de l'action et réaffirmer une mission "pour permettre à chacun et chacune de s'épanouir dans son métier". Le sens ? "Anticiper pour être à l'aise, répondre à la construction de l'agriculture de demain, valoriser les compétences, permettre à chacun de s'épanouir, répondre aux besoins des jeunes génération, vivre avec son temps". Une profession de foi assortie d'une stratégie déclinée en 4 axes de travail au travers de quatre commissions pour la technique, la communication, la stratégie et les jeunes. Pour y parvenir, l’organisation des GVA en 7 cantons (Josselin, La Trinité Porhoët, Mauron, Guer, La Gacilly, Malestroit, Ploërmel) disparaît au profit d'une organisation unique Idréa qui garantit "la proximité, la parité, la mixité des générations, le lien avec les adhérents et le maintien des groupes et des actions existantes". Bureau et Conseil d'administration représenteront l'instance de gouvernance, "et devront être garants de ces principes de représentations", le tout doté d'un budget annuel de 30 000 euros. Le changement dans la continuité.

Claire le Clève

 

 

 

 

 

D'Idéa à Idréa

Le Morbihan pionnier de la rénovation des groupes

 

Il aura fallu 4 ans pour que l'ensemble des groupes de vulgarisation agricole achève sa mue et sous 6 nouveaux noms poursuive son travail de valorisation et de développement agricole et rural : Idéa "Pays du roi Morvan", 2011, région du Faouet ; Nov'Agri "Au cœur du Morbihan", 2012, région de Pontivy ; Agir "de Rhuys à Lanvaux", 2013, région de Vannes ; SEM'Agri "Sud Est Morbihan", 2014, région de Questembert ; Groupe de Valorisation Agricole "de la terre aux ïles", 2014, région d'Hennebont, Idréa, "de l'Oust à Brocéliande", 2014, région de Ploermel. Une métamorphose pour s'adapter à l'évolution des agricultures. Ce travail de transformation des groupes que sa fédération départementale a également achevé en 2013 sous l'appellation de Rés'agri, fait du département du Morbihan un pionnier en la matière Près de 1200 exploitations adhèrent à un groupe de développement.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Publicité