Aller au contenu principal

Porc Armor Evolution, plus grosse progression du marché

Le groupement Porc Armor Evolution présente une progression de 2 % de son activité en 2014.

Gilbert Le Menn, directeur commercial, Jérôme Orvain, vice-président, Michel Bellaird, président, Philippe Lecornué, vice-président et André Bloc'h, directeur.
Gilbert Le Menn, directeur commercial, Jérôme Orvain, vice-président, Michel Bellaird, président, Philippe Lecornué, vice-président et André Bloc'h, directeur.
© terra

"Nous vivons un moment difficile. Nous sommes en permanence sur le relais terrain", rapporte Michel Bellaird, président de Porc Armor Evolution. Le 4e groupement de producteurs de porcs français, affronte une conjoncture "insupportable". Présent sur 18 départements, avec son siège à Loudéac et ses antennes à Châteaulin et Etrelles, il a commercialisé en 2014, 1,8 million de porcs charcutiers pour un chiffre d'affaires de 261 millions d'euros et un résultat net de 159 000 €.

Malgré tout, la coopérative affiche une progression de 2,19 % de son activité : "la plus grosse progression sur le marché", précise son président, comparant ce chiffre à la baisse de 1,49 % enregistrée sur la zone Uniporc Ouest. 611 adhérents, 35 jeunes agriculteurs installés en six ans, 74 000 m² de projets d'investissements en 2014... Porc Amor Evolution montre qu'il existe toujours une dynamique au sein de la coopérative.

Segmentation
et dÈfense du prix de base

Porc Maggiore, porc Armorique, porc océan... le groupement, a choisi de segmenter les produits par filière. "Nous sommes présents sur une zone commerciale vaste avec différents réseaux, différentes chartes. Le groupement arrive à contenter chaque abatteur", décrit Gilbert Le Menn, directeur commercial. "Et cette segmentation répond au besoin des producteurs en terme de prix". Pour la coopérative, ce choix ne s'oppose pas à la défense du prix de base. "Porc Armor Evolution est la seule organisation à mutualiser son engagement à la fixation du prix de base au marché du porc breton", rappelle Michel Bellaird. 10 ct par porc sont prélevés et 50 ct reversés par porc vendu au MPB. "La fermeture de Gad a un impact sur les éleveurs du Finistère nord qui présentent leur porc au cadran avec l'éloignement des outils d'abattage. C'est une façon de recentrer les choses pour influencer le prix de base". En 2014, Porc Armor Evolution représentait 7,5 % des apports au MPB.

Le conseil d'administration en assemblée générale le 23 juin a par ailleurs rappelé sa ligne directrice : le prix payé à l'éleveur, le prix de revient, l'accompagnement des installations/transmission et la défense du porc français sur le marché intérieur. "Comme la profession, nous demandons que l'Etat prenne ses responsabilités pour appliquer partout l'étiquetage "Le porc français", partage Michel Bellaird, qui s'il se réjouit des récentes annonces du ministre de l'Agriculture à l'AG de la FNP, estime qu'il faut pour être efficace "un engagement réel de la transformation et de toutes les enseignes de distribution, de l'administration et des politiques".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
Christiane Lambert
"Les citoyens passent des commandes et les consommateurs ne sont pas au rendez-vous"
La présidente de la FNSEA était la semaine passée au Space. Alors que cette semaine du 21 au 23 septembre avait lieu à Niort dans…
La PAC peut-elle faire de l'UE un leader mondial de la durabilité ?
Pierre Bascou, un des penseurs de la PAC, était mercredi dernier au Space à l'invitation de la Maison de l'Europe. L'occasion…
"Agir en collectif" : le CRP Bretagne rappelle sa priorité
La signature par le ministre de l'Agriculture de la reconnaissance de l'AOP Porc Grand Ouest permet à la filière de franchir une…
Publicité