Aller au contenu principal

Porc : la déconnexion du prix français inquiète

La déconnexion du prix français avec les principales places européennes fait réagir la profession. Le prix du porc français reste bas, stable autour de 1,21 €/kg au marché du porc breton alors que la demande estivale est bien là.

Le prix du porc français en ce printemps 2018 est morne, en baisse de 20 à 22 % par rapport à 2017 sur les mois d'avril et mai.
Le prix du porc français en ce printemps 2018 est morne, en baisse de 20 à 22 % par rapport à 2017 sur les mois d'avril et mai.
© Terra

L'écart de prix payé entre la France et les principaux pays producteurs de porcs qui semble perdurer depuis un an inquiète l'amont de la production. "Nous nous apercevons que le prix du porc français se déconnecte des autres marchés européens pour atteindre un décalage jamais enregistré au début de l'été : - 16 ct par rapport à l'Espagne et - 6 ct par rapport à l'Allemagne", protestent dans une lettre ouverte adressée aux éleveurs porcins, Mickaël Guilloux, président de la section porcine de la FRSEA des Pays de la Loire et Carole Joliff, présidente de la section porcine de la FDSEA 22, administratrice à la FNP. Le prix du porc français en ce printemps 2018 est atone, en baisse de 20 à 22 % par rapport à 2017 sur les mois d'avril et mai.

Mickaël Guilloux et Carole Joliff, dans leur lettre ouverte, regrettent la perte de valeur que représente ce décalage avec les autres places européennes, reprochant le jeu dangereux des rivalités entre concurrents français et le manque d'organisation collective des éleveurs et de leurs organisations à défendre leurs intérêts. Ce qui conduit à "brader"  "Le porc français". Et de conclure : "Nous demandons à chaque éleveur d'interpeller leur coopérative, leur groupement afin de mettre en place une vraie organisation de l'offre pour peser sur le marché".

 

Un mauvais signal donné en début d'été

Ajouté à cela, le prix "maison" à 1,18 €/kg fixé par le leader Cooperl Arc Atlantique, inférieur de 4 ct à la cotation du marché du porc breton, a soulevé un vent de protestations, notamment des syndicats FRSEA Bretagne et Pays de la Loire à l'encontre de la coopérative, la fustigeant de "torpiller à distance le marché au cadran en orientant le prix français à la baisse...". La baisse du prix "maison" de la Cooperl intervient à un moment clé, celui du début de l'été. "Ce signe donné par le leader en début d'été casse une dynamique qu'on ne va pas rattraper, même si derrière Cooperl rattrapera l'écart ensuite sur quelques semaines", note un observateur. "Au final, cela bénéficie à l'industrie de la charcuterie/traiteur, à la grande distribution pour la viande fraîche mais non aux abatteurs".

En réponse, Patrice Drillet, président de la Cooperl indique qu'il s'agit d'une adaptation du prix à la situation du marché export compte tenu des prix pratiqués par les concurrents européens sur le marché des pièces. "L'Angleterre a dévissé sur les longes, l'Espagne a baissé le prix de ses jambons. Ce prix "maison" est hebdomadaire, au moindre signal d'amélioration, on adapte le prix.
À la Cooperl, un cochon sur trois est exporté. De plus, jamais nous n'avons eu l'intention d'éliminer le cadran".

 

Un appel aux éleveurs pour mieux s'organiser

L'exemple de l'Espagne fait pâlir la filière française car le pays exporte non seulement la moitié de sa production de porcs mais arrive également en tête de la rémunération des éleveurs. "Il y a moins de perte de charges entre l'amont et l'aval de la filière en Espagne et le pays recherche véritablement la valeur ajoutée à l'export", exprime un spécialiste.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité