Aller au contenu principal

Porc : le fonds d'urgence s'enlise

Le fonds de 100 millions d'euros promis par les distributeurs tarde à se concrétiser. Les abatteurs de Culture viande ne veulent pas jouer le rôle de collecteur auprès de la distribution, craignant de devenir contributeurs malgré eux. De plus, Coop de France souhaiterait que l'étiquetage de l'origine des viandes s'applique avant la mise en place du fonds.

C'était le 8 février dernier, sur le parvis de Matignon ; les distributeurs (grande distribution, restauration hors domicile, boucheries...) annonçaient qu'ils acceptaient de venir en aide des producteurs de porcs, au travers d'un fonds d'urgence de 100 millions d'euros. L'annonce était importante : il devait s'agir d'environ 20 000 euros pour un éleveur moyen (200 truies). Mais deux mois plus tard, les promesses tardent à se concrétiser. Les producteurs et les abatteurs n'arrivent pas à se mettre d'accord sur... la collecte des fonds. Le 5 avril, les abatteurs du syndicat Culture viande ont indiqué aux producteurs de la FNP (Fédération nationale porcine) et de la FNSEA qu'ils ne s'associeraient pas à la mise en place du fonds "tel que proposé". "En l'état, il n'y a pas d'accord de principe", explique Paul Rouche, directeur délégué de Culture viande, contredisant l'intention affichée par Xavier Beulin quelques jours plus tôt d'un versement aux éleveurs à la mi-juin (Terra 528 du 6 avril en page 6).

Manque de confiance

Que proposaient la FNP et la FNSEA ? Que les transformateurs (Cooperl, Bigard, Aoste...) prélèvent une contribution sur les factures qu'ils adressent aux distributeurs (environs 22ct/kg, selon Culture viande) ; les fonds seraient ensuite reversés aux producteurs par une association créée à cette fin. Le choix de la rapidité et de la simplicité, expliquaient la FNSEA et la FNP dans un communiqué le 1er mars, car il s'appuie sur des procédures déjà existantes (taxe équarrissage). Ce montage fut rapidement validé par le président de l'Autorité de la concurrence française, dix jours plus tard, ce qui devait convaincre les plus frileux. Pourtant la solution ne satisfait pas les abatteurs. Tout d'abord, ils craignent de devenir contributeurs au fonds malgré eux ; concrètement, ils redoutent que chaque gérant de grande surface ou de centrale ne négocie des contreparties à la surtaxe de 22ct/kg, ou que les salaisonniers ne privilégient les viandes étrangères, qui elles ne seront pas soumis à cette "surtaxe". "On connaît trop bien les gérants de magasins, ils se moquent bien des éleveurs", explique Paul Rouche. En somme, les abatteurs craignent de payer indirectement une partie des 100 millions d'euros promis à Paris par les patrons de la grande distribution.

Calendrier trop serré ?

Leur proposition : que les distributeurs versent directement leur contribution aux producteurs. Trop compliqué, répond la FNP. "Si on part sur une facturation directe, nous n'aurons que la contribution des GMS, explique François Valy, membre du bureau de la FNP. Comment voulez-vous faire payer les 18 000 bouchers ? C'est très compliqué". Selon la FNP, les bouchers représenteraient 30 % du fonds... soit 30 millions d'euros. De plus, la validation de l'autorité de la concurrence française portait précisément sur ce mode de collecte. Et le temps presse trop pour en passer par une nouvelle validation, explique-t-on à la FNP. Pour ajouter à la confusion, le mode de collecte n'est pas le seul point de désaccord entre producteurs et abatteurs : ces derniers estiment que le calendrier proposé par la FNSEA et la FNP est trop serré. Les abatteurs de Coop de France réclament la parution préalable du décret sur l'étiquetage d'origine des viandes, pour limiter le risque d'arbitrage en défaveur des viandes françaises.

Or, ce décret ne devrait pas paraître avant juillet. Le 1er avril, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a annoncé lors du congrès de son syndicat que les premiers versements pourraient arriver dès la mi-juin ; son calendrier sera compliqué à tenir.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité