Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Porc sans antibiotiques : Un bloc naissage à la pointe du sanitaire

Producteur de porcs sans antibiotiques dès la naissance, le Gaec Coat Bihan à Plédéliac a conçu un bloc naissage de 500 truies il y a un an où les mesures de biosécurité et d'hygiène permettent d'accéder à un haut niveau sanitaire.

L'éleveur François Hamon, installé en 2018, est hautement vigilant sur le sanitaire.

"Avant 2014, nous étions déjà à 42 jours d'âge sans antibiotiques, l'habitude de travail était déjà acquise", explique l'éleveur François Hamon. L'élevage du porc sans antibiotique (PSA) était déjà inscrit dans l'histoire du Gaec Coat Bihan à Plédéliac avant de commencer avec la Cooperl. En 2018, François Hamon rejoint l'élevage naisseur-engraisseur de 380 truies des trois frères Hamon, éleveurs de porcs depuis six générations. À son installation, l'élevage est restructuré pour gagner en qualité sanitaire. Aujourd'hui le bloc naissage de 500 truies est composé d'un bâtiment comprenant 2 salles de 42 places de maternité (une bande par salle) et 40 places de quarantaine, et d'une verraterie-gestante de 440 places avec pour unique entrée, un sas avec passage obligatoire par la douche. Même l'ouverture vers le quai d'embarquement des animaux est conçue pour empêcher une personne de passer. Séparés par une petite route, les bâtiments d'origine sont dédiés au sevrage et à l'engraissement. Autant dire que sur le nouveau site, le respect des règles de biosécurité sont scrupuleusement respectées. Un grand portail protège l'entrée du site aux abords bitumés et fermés par une clôture. Aucun camion venu de l'extérieur n'entre dans l'enceinte. Le camion de l'élevage assure les mouvements d'animaux et le bac d'équarissage est placé près de la route à l'extérieur.

 

bloc naissage

De la prévention avant tout

À l'intérieur, 430 truies productives sont conduites en 10 bandes, sevrage à 21 jours. "Ici le cheptel est neuf, nous avons tout repeuplé avec de la génétique Nucleus. Nous n'avons pas voulu prendre de risques", indique François Hamon qui applique les règles zootechniques de base. "Le chargement par salle, la marche en avant, les consignes de température et de ventilation, l'alimentation, le contact avec les animaux". Homéopathie, huiles essentielles et vaccination sont les supports du sanitaire. "Nous avons testé l'homéopathie sur les truies pour les apaiser, cela marche bien, mais on travaille surtout avec les huiles essentielles pour les porcelets en fin de maternité-début de sevrage, et depuis un an, nous n'avons pas eu de diarrhées en début de sevrage. Nous aspergeons aussi de l'huile essentielle d'ail dans les salles lavées".

Les associés ont investi dans un robot de lavage, qui malgré son coût et des contraintes de guidage, les ravit. "Il lave entre 80 et 90 % de la surface. Ensuite, il me faut 2 minutes 30 pour laver, dégraisser, rincer et désinfecter une case contre 10-15 minutes dans les enquêtes. C'est un gain de temps énorme", apprécie François Hamon qui peut mieux se consacrer à l'observation des animaux et à la gestion du troupeau.

 

Des soins au cas par cas

Les vaccins sont la première base de la lutte contre les infections courantes : mycoplasme, circovirus, SDRP, grippe, rhinite, parvovirus, iléite (Entérisol)... Par contre, l'élevage avec son haut niveau sanitaire présente une sensibilité plus forte à Haemophilus parasuis, ce qui demande la production d'autovaccin plus long à obtenir.

Dans cette démarche PSA, l'apprivoisement des cochettes est une étape clé de la conduite. En quarantaine, elles sont caressées et nourries à la seringue de sirop de pêche, matin et soir pendant 15 jours. Car des truies calmes sont plus faciles à manipuler par les éleveurs et "montrent mieux leurs chaleurs".

Dans ce type d'élevage, les traitements antibiotiques sont appliqués au cas par cas, avec pour principe de ne traiter que les animaux malades qui seront alors déclassés. "Quand un animal est malade, on traite rapidement, sinon c'est toute la case qui sera affectée le lendemain", indique François Hamon. Dans ce cas, les animaux mêmes déclassés ne sont pas pénalisés dans le paiement de la plus-value par Cooperl.

 

Les résultats techniques :

Porcelets sevrés/an/truie productive : 33,3

Nés totaux/portée : 15,8

Nés vifs/portée : 14,81

Sevrés/portée : 12,92

Réussite IA : 94 %

Rang moyen de portée : 1,4

 

traçabilité avec Pass'porc

Une traçabilité facilitée avec Pass'porc

Fini papier et crayon. Pour faciliter le suivi des traitements et la gestion des animaux, l'éleveur utilise une tablette dotée de l'application Pass'porc développée par Cooperl. Toutes les interventions sur les porcelets sont notées directement sur la tablette d'où une traçabilité tout au long de sa vie, de la naissance à sa sortie de l'élevage. Et cela facilite grandement le travail ! Traitements utilisés, alerte des rappels, antibiotique ou non, poids... Une boucle RFID, boucle ronde fixée à l'oreille dès la naissance, permet d'identifier de façon simple et rapide le porc dont les renseignements s'affichent à l'écran. Idem pour les truies dont les performances sont renseignées.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité