Aller au contenu principal

Porc : une aide d'urgence de 2,2 M€ débloquée par Le Gouessant

Face à la situation de crise en porc, la coopérative Le Gouessant basée à Lamballe mobilise l'équivalent de 2,2 millions d'euros pour soulager les trésoreries de ses adhérents.

Yann Renouvel, Pierre Morfouace, Thomas Couëpel, Fabrice L'Hôtellier et Stéphane Jamet.
Yann Renouvel, Pierre Morfouace, Thomas Couëpel, Fabrice L'Hôtellier et Stéphane Jamet.
© Terra

"On est sur une conjoncture qui dure et qui est dure, avec un prix au MPB entre 1,15 et 1,20", décrit Yann Renouvel, directeur du pôle animal et végétal de la coopérative Le Gouessant. Avec un aliment qui ne fait que grimper en raison de la hausse du coût des matières premières, le prix de marché et le prix de l'aliment produisent un effet ciseau qui prend en tenaille la trésorerie des producteurs de porcs. "On atteint un ratio historique de 4,4 au lieu de 5,7-6. Au fil des 18 mois, les trésoreries sont exsangues", poursuit le responsable. Accueillie par le président de la coopérative Thomas Couëpel sur l'élevage porcin de Pierre Morfouace à Plestan, la presse prend connaissance d'une situation peu relayée. "Avec le prix de l'aliment actuel, il faudrait un cours minimum à 1,40 en moyenne", précise Stéphane Jamet, responsable de l'équipe porcs. "Cela se passe sans que personne n'en parle". Changement d'époque ou découragement, aujourd'hui, les producteurs ne manifestent plus. "Les éleveurs ne descendent plus dans la rue : ils arrêtent, voire font des choses plus dramatiques encore", ajoute Fabrice L'Hôtellier, producteur de porcs et vice-président.

 

Une situation d'urgence

Dans un tel contexte, Le Gouessant mobilise la somme de 2,2 millions d'euros. Deux dispositions sont prises : une aide sous la forme d'une avance de trésorerie remboursable sans intérêts sous 12 mois, équivalente à 20 €/ tonne d'aliment consommée sur 3 mois. Soit un total de 1,1 million d'euros. Le second volet est un règlement anticipé d'une semaine des porcs charcutiers des éleveurs du groupement Syproporcs. Ces aides se cumulent donc pour les adhérents les plus engagés dans la structure. "Un geste de solidarité", "un juste retour des choses", "un coup de main", évoquent les représentants de la coopérative. Tous espèrent la remontée des cours au printemps, que cette période se termine au plus vite. "On n'est pas le banquier de substitution", prévient Pierre Morfouace, administrateur.

Mais dans un marché mondialisé, tout dépend des importations de la Chine en proie à une crise sanitaire (fièvre porcine africaine), capable de tirer ou non la valeur du porc européen. "Le revenu est lié à cela", constate Yann Renouvel, qui évoque un frémissement à la baisse de l'aliment.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
PAC 2023 : les derniers arbitrages feront la différence dans les fermes
L'Europe a fixé de nouveaux objectifs à la PAC, et laissé plus de latitude aux États membres dans la déclinaison nationale des…
Publicité