Aller au contenu principal

Pour des retraites supérieures au seuil de pauvreté

Jean Queré, président de la section des anciens exploitants FRSEA Bretagne.
Jean Queré, président de la section des anciens exploitants FRSEA Bretagne.
© Terra

En cette année de centenaire de la fin de la première guerre mondiale, et comme en témoignent les monuments aux morts, il est important de se souvenir du lourd tribut qu’ont payé nos villages, du nombre important de paysans qui ne sont jamais revenus. Trente ans plus tard, au sortir de la seconde guerre, les agriculteurs ont relevé les défis de nourrir la France en qualité, en quantité et à des prix abordables. Dès les années 60, l’objectif des différents gouvernements était de protéger le panier de la ménagère. Dans les années 80, il fallait lutter contre l’inflation, et la flambée des prix alimentaires. La PAC sert aussi à ça depuis longtemps : permettre à tous les Européens de pouvoir manger à leur faim, pour un prix modique.

L’agriculture a aussi exporté vers des pays extérieurs, du poulet, du porc, du lait, des céréales, permettant à la France d’équilibrer la fameuse balance commerciale. Mais cette politique de prix bas sur les produits a aujourd’hui une conséquence importante : avec des revenus faibles, les agriculteurs n’ont pu se préparer une retraite digne de ce nom.

Depuis la rentrée, le gouvernement a lancé une vaste consultation sur l’avenir des retraites, avec en point d’orgue, la refonte de la quarantaine de systèmes de retraites. La mise en œuvre qui se fera après 2025, permettra, on l’espère, aux futurs retraités d’avoir une meilleure pension que nous.

En attendant, coups de rabot après coups de rabot, les pensions actuelles ne cessent de fondre comme neige au soleil. Si la volonté de l’État de privilégier le travail est louable, il aurait été opportun avant de ponctionner les retraités avec l’augmentation de la CSG, de regarder la situation des retraités agricoles. Nous vivons en milieu rural, nous nous chauffons souvent au fioul et avec l’augmentation du carburant : c’est la double peine !

Il est donc vital, que dès maintenant le gouvernement revalorise les pensions à 85 % du Smic, soit 1 000 euros, pour enfin avoir des retraites supérieures au seuil de pauvreté. Cette revalorisation, raisonnable et nécessaire, doit se faire non pas en augmentant les cotisations des actifs, mais par la solidarité nationale. Cette nation à laquelle le monde paysan a tellement donné doit aider les retraités agricoles en retour.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité