Aller au contenu principal

Pour tirer le meilleur de votre tracteur, passez-le au banc d'essai !

Vous soupçonnez votre tracteur de développer moins de puissance qu'annoncé par le constructeur ? Vous trouvez qu'il consomme trop de carburant ? N'hésitez plus ! Comme la Cuma du Pigeonnier, à Mahalon dans le Finistère, profitez du passage du banc d'essai Aile pour diagnostiquer votre tracteur et repartir avec des conseils de conduite plus économique.

De gauche à droite : Vincent Perhirin et Jérôme Le Gall, chauffeurs de la Cuma du Pigeonnier, Didier Lorec, président, et Boris Moal, animateur FDCuma29.
De gauche à droite : Vincent Perhirin et Jérôme Le Gall, chauffeurs de la Cuma du Pigeonnier, Didier Lorec, président, et Boris Moal, animateur FDCuma29.
© Terra

Hormis l'ensilage, la Cuma du Pigeonnier à Mahalon effectue tous les travaux des champs de ses onze adhérents, producteurs de lait, de porc, de volaille ou de viande bovine. Voilà quinze ans déjà qu'elle a embauché son premier chauffeur, vite suivi d'un second. Et neuf ans qu'elle a investi dans un bâtiment flambant neuf, pour mettre le matériel à l'abri et offrir de bonnes conditions de travail à ses salariés, également chargés de tout l'entretien.

Systématiquement au banc

La Cuma disposant de quatre tracteurs, de 80 à 240 cv, cela fait au moins vingt ans qu'elle les passe systématiquement au banc d'essai Aile. Une évidence pour Didier Loret, son président. "Le banc permet de connaître la meilleure plage d'utilisation du tracteur". Et, du coup, de faire des économies. "Un tracteur qui travaille 7 000 heures va consommer plus de 100 tonnes de gazoil. Si on peut gagner ne serait-ce que 10 %, c'est déjà énorme".

Démonstration chiffres en mains avec Boris Moal, animateur à la FDCuma du Finistère. "À 1 400 tours/min, ce tracteur va développer une puissance de 190 cv et consommer 36 l/h". Des données qui passent à 200 cv et 42 l/h à 2 000 tr/min. "Et le maximum de puissance, 207 cv, sera atteint à 1 800 tr/min, pour une consommation de 41,2 l/h".

Économiser du carburant

Si ces courbes permettent d'établir le couple maximum et de repartir avec des conseils pour économiser du carburant en adaptant sa conduite, le banc va aussi détecter des anomalies. Ainsi, un tracteur sur cinq a une mauvaise combustion, entraînant une consommation excessive, et 15 % ont une puissance inférieure à celle annoncée. "C'est pour cela qu'il faut passer le tracteur au banc tant qu'il est encore sous garantie, préconise Boris Moal. Le concessionnaire pourra ensuite faire les réglages nécessaires". Le diagnostic est également utile quand on pressent un dysfonctionnement. Et au moment de la revente. "Un tracteur bien réglé sera aussi un argument supplémentaire".

Circulant sur les douze départements du grand Ouest, le banc diagnostique 600 à 700 tracteurs par an. "Dont 90 pour le Finistère, le département où ces contrôles sont les plus nombreux, indique Boris Moal. Mais, quand on sait qu'il s'y vend environ 600 tracteurs neufs par an, il reste de la marge...".



Pratique

Le banc d'essai tracteurs sera présent dans le Finistère du
7 au 11 décembre puis du 11 au 15 janvier (contact : Boris Moal, FDCuma 29, au 06 31 64 59 24). Pour connaître les lieux et les dates dans les autres départements, vous pouvez contacter la FDCuma ou les conseillers agronomie de la chambre d'agriculture.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité