Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Revenus agricoles
Pourquoi le Morbihan décroche

Inférieur à la moyenne bretonne, le revenu de la ferme morbihannaise se plaçait en 2003 à la 82 éme place nationale. Pas question d'éluder ce problème pour les élus de la Chambre d'agriculture qui, avec le CER, se sont penchés, mercredi dernier, sur les raisons d'un tel décrochage qui perdure.

Pour faire analyser les chiffres et les rendre bavards, Hugo Papaiconomou, du service économie et environnement de la Chambre d'agriculture du Morbihan et Anne Lucie Menier, responsable de l'observatoire économique du CER Morbihan.
Pour faire analyser les chiffres et les rendre bavards, Hugo Papaiconomou, du service économie et environnement de la Chambre d'agriculture du Morbihan et Anne Lucie Menier, responsable de l'observatoire économique du CER Morbihan.
© Claire Le Clève

 

 

Tous les ans, ces chiffres interpellent. "La Bretagne est mal placée sur le plan national mais en plus, le Morbihan apparaît comme le mauvais élève de la classe, or notre objectif est bien d'améliorer le revenu des agriculteurs", pose en préambule Yves Le Gourriérec. Comprendre les raisons d'un tel décrochage, telle est la motivation amenant les élus à passer au crible de la statistique les chiffres de la ferme morbihannaise. Économistes de la Chambre consulaire et du CER s'y sont collés précisant les postes des comptes de l'agriculture de 2003 par une approche plus fine par filière de 2007.  Première piste, alors que l'évolution de son nombre d'actifs et de sa production ont avantagé le Morbihan entre 90 et 2003, la forte augmentation des volumes de consommations intermédiaires, sur la même période, pénalise son revenu. Intéressant mais trop approximatif, "ces chiffres étant issus d'estimations" tempère Hugo Papaiconomou, du service économie et environnement de la Chambre d'agriculture du Morbihan. Avec l'approche par filière rendue possible par les éléments de suivi du CER, les données se précisent.

 

Analyse par filière

En lait, l'écart est très minime entre la ferme morbihannaise et la ferme bretonne, des voies d'amélioration existent cependant "sur la maîtrise du coût du concentré, sur la qualité du lait, la saisonnalité des livraisons ajoutée à l'effet du mix produit et de la flexibilité", pointe Anne Lucie Menier, responsable de l'observatoire économique du CER Morbihan. En  porc "les écarts sont plus marqués, avec un résultat courant moyen inférieur de 13 % au résultat breton soit 4000 euros en moins par UTH familiale". Les sources d'écart sont identifiées. « Une productivité par truie plus faible,  une marge brute inférieure et un coût alimentaire supérieur de 21 euros par truie », suffisent à faire la différence analyse la jeune femme. Enfin en aviculture de chair, le Morbihan affiche un résultat courant inférieur de 2000 euros par rapport aux résultats bretons (par UTH familiale). « Moins de kilos produits par m2, moins de lots produits par an en poulet, un indice de performance de la dinde inférieur et une marge elle aussi inférieure », expliquent le différentiel auquel  s'ajoute un moindre taux de rénovation des bâtiments en poulet.

 

Mieux connaître ses charges

Objectif atteint pour Franck Pellerin, président de la commission prospective économique de la Chambre d'agriculture. « Des pistes d'amélioration et notamment techniques ont pu être pointées au travers de cette démarche afin d améliorer le revenu des producteurs ». Parmi les leviers identifiés par les membres des groupes de travail qui, après l'exposé des chiffres, ont planché : connaître ses coûts de revient, suivre son coût alimentaire, rénover, améliorer ses performances techniques et l'efficacité de la main d'œuvre par la formation, l'échange et la mutualisation des connaissances et le travail en groupe, ont été soulignés, tout comme l'importance de diminuer les charges de mécanisation. Des recommandations qui renforcent l'importance du  travail des groupes et des réseaux.

 

Claire Le Clève

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité