Aller au contenu principal

Prix du lait
Poursuite du bras de fer, Entremont interpellé

Après avoir invité les transformateurs à s'expliquer devant 900 éleveurs le 19 mai à Plérin, les producteurs, à l'appel de la FNSEA et de la FNPL, ont bloqué lundi dernier les laiteries du département. Objectif : obtenir l'engagement d'une hausse immédiate du prix du lait. Parmi elles, le blocage d'Entremont Alliance à Saint Agathon.

Explications entre Gilles Bars, président d'Unicopa, et les producteurs manifestants, lundi 25 mai.
Explications entre Gilles Bars, président d'Unicopa, et les producteurs manifestants, lundi 25 mai.
© terranet

Mardi 19 mai, Coopagri Bretagne, Even, Entremont Alliance..., aucun des responsables présents n'a lancé une bouée de sauvetage à l'attention des producteurs. Chacun a argumenté le prix payé, se référant à une base semestrielle qui équilibre les comptes, "autour de 260 € les 1000 litres". Retour au front donc lundi 25 mai des producteurs laitiers aux abois devant les laiteries Entremont Alliance à Loudéac et Guingamp (Saint Agathon), LNA à Créhen, l'Armoricaine laitière à Lanfains, la SILAV à Plouguenast et Coopagri Bretagne à Yffiniac. Près de Guingamp, ils étaient plus d'une centaine à bloquer les entrées de la laiterie Entremont Alliance. Autour de Gilles Bars, président d'Unicopa, la tension était extrême. Dernier de la classe, le groupe annonce un prix de 203,07 €/1000 litres. Aux demandes coléreuses et désespérées des producteurs de réviser le prix à la hausse, la réponse tombe cinglante: "Impossible. Même à un prix politique de 230-240 €, c'est la mort du groupe. D'autres entreprises ont fixé un prix tout en ayant une marge de manœuvre que nous nous n'avons pas". Confrontée à un mix produit inchangé depuis fin 2008 (38% du lait transformé en beurre/poudre), à l'incapacité à regagner des parts de marché en fromage, aux importations étrangères..., le groupe annonce viser un objectif de prix à 260 € sur l'année 2009. Insistant sur la nécessaire mutualisation des excédents de poudre et de beurre, Gilles Bars a reproché le manque de solidarité entre laiteries ainsi que l'irresponsabilité des pouvoirs publics dans la dérégulation de l'offre. "Pourquoi ne remet-on pas en cause les décisions prises au niveau européen. Cela a été fait dans d'autres secteurs ?", demande Jo Lancien, directeur amont d'Entremont Alliance. Les éleveurs, quand à eux, ont demandé un prix de 300 €/1000 litres. Yvon Boutier de la chambre d'agriculture a conclu : "l'impact sera très lourd sur les producteurs mais aussi sur l'emploi. J'espère que les politiques en prennent la mesure". Au final, le mécontentement s'est reporté sur la grande distribution. Remontés, les producteurs ont bloqué totalement le magasin Leclerc de Guingamp l'après midi du 25. Même chose à Quintin, Saint-Brandan et Dinan. C'est au Leclerc de Dinan que le mouvement a été le plus fort. Bloqué dès 14h30, le lundi, une centaine de producteurs était encore sur le site le lendemain. Le magasin, contraint de fermer, a vu ses accès bloqués par des amas de fumier, palettes et gravats. Les actions envers la grande distribution se sont poursuivies le mardi dans le département.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité