Aller au contenu principal

AG JA 56
Poursuivre le travail prospectif malgré l'actualité

Dans un contexte de crise très marqué, les JA 56 sont sur tous les fronts pour défendre le revenu des producteurs, tout en poursuivant leur travail de fond sur l'installation, la communication et la promotion du métier. Retour sur une année 2010 riche d'activités.

 

"Quel avenir l'agriculture peut-elle offrir aux jeunes installés ou en projet d'installation au vu de la conjoncture ?", interroge Nicolas Chesnin, président des JA56. Le manque de lisibilité est évident pour les jeunes agriculteurs et le désarroi se perçoit dans toutes les productions. Les éleveurs de porcs entrent notamment dans la quatrième année de crise consécutive. "Les JA se sont battus aux côtés de la FNSEA pour faire reconnaître la mention VPF dans le but d'augmenter les prix à la production", a rappelé Nicolas Chesnin, lors de l'assemblée générale du syndicat le 25 janvier à Noyal-Pontivy. Mais les JA souhaiteraient surtout un soutien des producteurs de la part de tous les maillons. L'absence des abatteurs et salaisonniers à l'assemblée générale des JA 56 est ainsi fortement soulignée. "La filière ne se remet pas en cause, déplore Frédéric Daniel, secrétaire général. Il va falloir qu'on ait des réponses franches". Et la "sur-réglementation incessante" en matière d'environnement d'obscurcir encore plus l'horizon pour le jeune qui s'installe.

 

Continuer le travail de fond

En plus de la gestion de l'actualité, les JA 56 continuent leur travail prospectif, nécessaire pour maintenir sur le territoire une agriculture nourricière pour la population mais aussi pour ses producteurs. Le président Nicolas Chesnin est revenu sur "une année 2010 tournée vers les fondamentaux" des JA : l'installation-transmission, la communication aux adhérents et la promotion du métier. Des thèmes qui resteront une priorité pour le syndicat morbihannais en 2011.

Le syndicat mène par exemple en travail de fond sur l'organisation de la filière laitière. Il participe aux travaux régionaux du schéma de contractualisation et propose des spécificités "jeune" comme un prix garanti pendant 5 ans minimum, et une réserve de volumes pour les jeunes installés. L'évolution de la modulation DJA est un autre travail de longue haleine porté par les JA 56 qui devrait prochainement aboutir au niveau départemental avant d'être harmonisée à l'échelle régionale.

 

Le financement des projets en question

En 2010, les chiffres montrent une hausse des installations aidées sur des filières courtes pour des montants de reprise et d'investissement moindres à ceux d'une exploitation classique (lire encadré). Malgré tout, le financement des projets à l'installation reste une question récurrente. Or pour les JA 56, il n'est pas pensable que selon les taux de base des prêts bonifiés, les montants finançables en MTS JA varient de 163 000 euros fin 2009 à 332 000 euros au milieu de l'année 2010. Les orientations sur les fonds de garantie pour le jeune devraient être approfondies pour 2011 selon le syndicat, avec une meilleure gestion des enveloppes financières à l'exploitation.

 

Une fête de l'agriculture incontournable

Les JA 56 ont organisé et participé à de nombreux évènements en 2010. Parmi eux, on citera Nature capitale, et à l'échelle plus locale, le salon des métiers, ou la course de l'agriculture à Kerguéhennec qui rencontre un vif succès avec plus de 300 participants. Représentative des JA et de l'agriculture morbihannaise, la fête de l'agriculture est au cœur de cette dynamique. Si l'édition 2010 a réuni 12 000 visiteurs à Pleugriffet et généré 41 000 euros de recettes, 2011 devrait être mémorable avec 9 départements réunis pour une fête régionale de l'agriculture (Bretagne et Pays de la Loire). Alors rendez-vous les 10 et 11 septembre au canton de Guer.

 

L'évolution du profil des installations se confirme

2010 confirme les évolutions du profil des installations aidées constatées en 2009. L'agriculture biologique explose et représente aujourd'hui 29% des projets. Le maraîchage augmente fortement avec 11% des installations, tandis que l'aviculture est en net recul avec seulement 5% des installations et ce malgré une conjoncture plutôt favorable. La production laitière passe quant à elle sous la barre des 50%. Les filières courtes de commercialisation concernent une installation sur trois, principalement en maraîchage, et aussi pour de la transformation laitière. Ses projets ont des montants de reprise et d'investissement moindres à 133 185 euros en moyenne, contre 298 000 en exploitation laitière classique, 700 000 euros en exploitation porcine,  220 000 en volaille de chair, et plus d'un million en pondeuses. Enfin, l'âge à l'installation continue d'augmenter et passe à 30 ans. Deux jeunes sur trois installés ne sont pas d'origine agricole. Et le niveau de formation BTS atteint 37%.

Les JA56 estiment à environ 130, le nombre de personnes qui seraient entrées dans le métier l'an passé. 91 jeunes dont le projet a été validé auront accès aux aides de l'Etat, contre 100 l'an dernier, et 21 jeunes ont demandé l'aide du Conseil général. 347 personnes ont au préalable contacté le point info installation, dont le logo et le numéro de téléphone (0 820 22 29 35) sont aujourd'hui uniques pour toute la Bretagne.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
La réduction des phyto au cœur d’un échange avec les lycées agricoles
Quatre classes de lycées agricoles bretons ont pu participer à un temps d’échange autour de la réduction des produits…
Rendez-vous techniques bio du 5 au 7 octobre
Les chambres d’agriculture de Bretagne vous proposent des Rendez-vous dans différentes filières de production, pour vulgariser…
Publicité