Aller au contenu principal

LAIT : ÉCHEC DES NÉGOCIATIONS INTERPROFESSIONNELLES
Première action de l'Ouest à Pouancé (49)

"Les propositions des entreprises sont inacceptables. Ils ne nous laissent pas le choix. La seule façon de pouvoir négocier, c'est de rencontrer les entreprises et on va le faire très rapidement", commentait Alain Cholet, le président de la fédération des producteurs laitiers (FDL), mercredi après-midi, en réaction à l'échec des négociations interprofessionnels qui avaient repris le mardi 14 octobre dernier. La FNPL avait aussitôt réagi en indiquant, elle aussi, que "les industriels campent sur des positions inacceptables pour les éleveurs", à savoir une baisse de 40 à 70 €/1 000 litres au quatrième trimestre et à une baisse de 100 à 120 €/1 000 litres au premier trimestre 2009. Des baisses "inconcevables pour les éleveurs dont les charges ont progressé de près de 20 % en un an".

Blocage à Pouancé

La mobilisation a été immédiate suite à l'appel de la FNPL et les éleveurs du Grand Ouest se sont organisés pour forcer la discussion. Jeudi, à Pouancé, un camion Lactalis était immobilisé par une vingtaine de producteurs. Objectif : bloquer un camion de collecte de chaque entreprise, privée et coopérative, dans une exploitation et y convoquer les responsables de ces laiteries. Là, sur place, il s'agit que les entreprises fassent savoir quelle politique de prix elles entendent mettre en place pour le 4e trimestre.

Réactivité

Si la réactivité ne se traduit pas dans les prix, elle se concrétise dans l'action. "Notre réaction est rapide, immédiate, mais elle va aussi s'inscrire dans la durée", prévient Alain Cholet qui n'est pas "trop surpris" par cette position radicale des transformateurs. Le président de la FDL a décodé, de longtemps, la stratégie adoptée : "Non seulement le solde de l'an dernier ne nous sera pas versé, mais l'écart se creuse. Les entreprises ont tout fait pour qu'on aille à l'affrontement". Cette opération intervient alors que le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, avait légitimé à nouveau le rôle de l'interprofession laitière (Cniel) que la DGCCRF (répression des fraudes) avait dénié en mai dernier. Ce nouveau dispositif, souple, basé sur des indicateurs fiables à l'échelle nationale n'avait pas pour but d'aboutir à une recommandation nationale sur le prix du lait mais de parvenir à un accord entre les différents membres de l'interprofession afin d'éviter un conflit relancé par l'annonce dEntremont de baisser le prix du lait de 70 euros/1 000 litres. Force est de constater que la relance des négociations autour de la table a fait long feu.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité