Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Priorité à la compétitivité

La Bretagne attend des signes fort de l'Etat qui remettent son agriculture dans les rails de la compétitivité. Le message porté par la FRSEA Bretagne ‡ quelques jours du Space est directement adressé au chef du gouvernement, dont la présence est annoncée pour jeudi.

Chantal Bevillon, secrétaire générale de la FDSEA 22, Frank Guéhennec, président de la FDSEA 56, Thierry Coué, président de la FRSEA Bretagne, Loïc Guines, président de la FDSEA 35 et Pascal Pri
Chantal Bevillon, secrétaire générale de la FDSEA 22, Frank Guéhennec, président de la FDSEA 56, Thierry Coué, président de la FRSEA Bretagne, Loïc Guines, président de la FDSEA 35 et Pascal Pri
© Terra

L'oeuf en crise de surproduction, la volaille de chair menacée par la fin des restitutions, le porc pris en étau entre carcan réglementaire environnemental et capacité de la filière à se réorganiser,  le paysage agricole breton se désagrège. A quelques jours de la 27e édition du Space, à Rennes, Ce n'est pas seulement à un tour d'horizon que se sont livrés mardi les responsables de la FRSEA Bretagne. Il s'agissait bel et bien d'une mise en garde adressée directement à l'Etat et au gouvernement : il y a urgence à redonner à l'agriculture la compétitivité nécessaire à sa survie ! "La question est : veut-on encore de l'agriculture bretonne ?", résumait le morbihannais Frank Guéhennec au cours de cet état des lieux alarmant. Et l'Etat est très directement attendu sur trois sujets, celui de la Loi d'avenir que le ministre de l'agriculture présentera au parlement en début 2014, celui de la Loi de consommation également promise pour rectifier les dérives de la Loi de modernisation économique mise en œuvre par le précédent gouvernement et redonner du pouvoir au maillon production face à la grande distribution. Vient enfin l'attente d'un désserrement du cadre réglementaire environnemental, aussi bien dans les bassins versants "dits" contentieux que dans les ZES et ZAC pour que les élevages puissent retrouver une capacité d'adaptation économique qu'ils ont perdue. Rappelant les résultats obtenus en matière de qualité des eaux, "les teneurs en nitrates dans les cours d'eau ont baissé de 20%", Le président de la FRSEA Bretagne Thierry Coué, annonce que le syndicalisme majoritaire se battra désormais avec les mêmes armes que ses détracteurs, celle des recours en justice, chaque fois qu'il le faudra."On en a marre d'être les bons élèves", ajoutait-il en avançant  la perte de compétitivité bretonne dans un contexte de concurrence des autres pays de l'UE, de l'Allemagne notamment, aussi bien sur le marché français qu'européen et mondial, "Aujourd'hui, il n'y a toujours aucune évolution des contraintes et la politique environnementale est illisible". Mais les freins à la compétitivité ne sont pas seulement environnementaux, le droit de la concurrence peut également devenir un obstacle, notamment dans le mouvement de restructuration de l'agroalimentaire. Pour Loïc Guines, président de la FDSEA d'Ille et Vilaine, il doit être "redimensionné au marché mondial". Sans oublier la très conversée écotaxe transport dont la profession demande la suppression parce que "antiéconomique et anticompétitive", selon la costarmoricaine Chantal Bevillon.

 

"Nous, on y croit"

La longue liste des préoccupations et des attentes professionnelles ne serait pas complète sans les mises en redressement de plusieurs gros opérateurs de l'aval. Il y a d'abord le volailler Doux dont l'avenir pourrait être très sérieusement compliqué par la décision européenne d'arrêter les restitutions. L'autre acteur grand export, Tilly Sabco, vient d'ailleurs d'annoncer une réduction de 40% des mises en place de poulets dans les élevages avec lesquels il travaille. Une annonce qui ne surprend pas le finistérien Pascal Prigent, mais qui laisse présager "une vraie catastrophe, l'arrêt des restitutions, c'est la mort de la Bretagne, on demande leur maintien le temps que la filière s'adapte". Mais le sujet laisse aussi les responsables professionnels songeurs : "c'est un vrai problème de filière, là encore, le maillon production est dépendant des autres acteurs", remarque Frank Guéhennec. Et Loïc Guines d'interroger : "que veut le consommateur, quand 40% de la volaille achetée en France est importée, chacun doit savoir que derrière les choix, il y a des emplois". Le constat vaut aussi en porc, secoué par la mise en redressement de l'abattoir Gad. "Les acteurs de la filière se regardent pour savoir qui tombera le premier et ce sont les producteurs qui en font les frais".

 

A cet état des lieux plutôt inquiétant dressé par la FRSEA, ses représentants n'opposent qu'un point positif, en forme de paradoxe. "Aujourd'hui, on est compétitif dans le monde entier", dit Thierry Coué, manquent la reconnaissance et le soutien de l'Etat, manque aussi une affirmation du poids du maillon production, notamment par la contractualisation, manque enfin une vraie ambition politique. "Nous, on y croit"  avançait Frank Guehennec.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Eureden se dévoile au Space

L'union de Triskalia et du groupe d'aucy prendra effet le 1er janvier 2020 suite à l'accord de l'Autorité de la…

Publicité