Aller au contenu principal

Assemblées locales CER France 22
Priorité à la gestion des trésoreries

CER France 22 a traité 2 thèmes distincts mais très présents dans l'actualité : la crise économique et l'énergie. Croissance en panne, baisse de la consommation et des prix agricoles, CER France 22 affiche les indicateurs au 1er semestre 2009. En lait, l'impact des investissements et des charges sociales vont peser sur les trésoreries.

Lancement de la première des 19 assemblées locales agricoles, le 21 janvier dernier à Plérin, sous la houlette de Bertrand L'Hotelier, vice président de CER France 22.
Lancement de la première des 19 assemblées locales agricoles, le 21 janvier dernier à Plérin, sous la houlette de Bertrand L'Hotelier, vice président de CER France 22.
© terranet

"La crise, tout le monde en parle". Lors de la première des 19 assemblées locales de CER France 22, on a fait un état des lieux de cette crise, si médiatisée. "Dans les livres d'histoire, on retiendra un avant et un après été 2008". Laurent Marc, directeur des études a annoncé la couleur pour 2009 : baisse de la croissance, annoncée entre 0 et - 3%, baisse des prix, baisse de la consommation, recul des taux directeurs et augmentation du taux de chômage. Les marchés agricoles ne sont pas épargnés non plus. Ils subissent plusieurs facteurs. D'abord, le comportement du consommateur, qui à cause de la crise ou du sentiment de crise, réduit sa consommation ou se porte vers les produits "1er prix" ; celui des GMS qui maintiennent la pression sur les prix agricoles ; la baisse des exportations ou encore l'évolution de la PAC qui tourne le dos aux outils de régulation des marchés et modifie la donne en matière d'aides aux agriculteurs.
A l'horizon juin 2009
Quel impact sur les principales filières au cours du 1er semestre ? Quelques indicateurs ont été avancés par CER France 22 lors des assemblées.
Porc. La trop lente baisse du prix de l'aliment n'est pas pour arranger la situation des producteurs. Pour avril et mai 2009, CER France 22 table sur un prix de l'aliment à 195 € la tonne pour un coût de revient de 1,30-1,35 (contre 1,55 € en 2008). "Au 1er semestre, "il faudrait un prix de base au MPB de 1.15/1.20 pour que la moyenne des coûts de revient soit couvert et monter à 1.27/1.32 pour que l'ensemble des éleveurs couvrent leur coût de revient", a annoncé Laurent Marc.
Lait. Année de rupture, si 2008 a connu une augmentation de 10 à 12% des volumes produits, un prix du lait en hausse de plus de 70 €/1000 litres (tout dépend des clôtures), elle a connu aussi une augmentation de 5 €/1000 litres du coût de production, autour de 280 €/1 000 litres. Et si en 2009, les prix des concentrés repartent à la baisse, il n'en demeure pas moins l'impact des investissements engagés (+ 8 000 €/exploitation notamment en mécanisation) et celui des charges sociales. D'où au final un coût de production estimé entre 290-295 € sur le 1er semestre. Pour couvrir le coût de revient il va falloir un prix payé éleveurs aux alentours de 320-330 €/1000 litres. Compte tenu de la conjoncture, un message a été lancé pour 2009 : " priorité à la gestion de trésorerie".
Viande bovine et volailles. L'une et l'autre sont touchées par une baisse de la consommation. La viande bovine accuse une baisse de 5% en 2008 liée à la baisse du pouvoir d'achat et la hausse des prix. Idem pour le veau. Quant à la volaille qui a su répercuté les coûts sur le prix consommateur (+9,4%), elle a enregistré une baisse de consommation de 3,3%.
Pour Laurent Marc, la situation est très incertaine mais il ne faut pas pour autant paniquer. Le retournement de l'économie " est un épisode de l'histoire qui s'est déjà produit dans le passé". Et puis, n'est-on pas est entrée dans l'ère de la volatilité des prix. L'optimisme doit prévaloir sur le long terme, "la demande mondiale de produits agricoles et agroalimentaires repartira à la hausse" déclare-t-il. La progression démographique, l'évolution des régimes alimentaires des pays émergents et la faiblesse des stocks mondiaux sont des facteurs de hausse des prix dans les prochaines années. La production agricole est et restera un enjeu mondial.

Energie
Moins la consommer, mieux la produire
"Même si le prix du pétrole a diminué, on est entré dans une ère où l'énergie fossile sera chère". Le Grenelle de l'environnement a fixé à 23% la part des énergies renouvelables produites à l'horizon 2020 et à 20% la baisse de notre consommation d'énergie. D'où des pistes proposées pour réduire sa facture et chasser le gaspi par CER France 22. Des marges de progrès existent : le prouvent les écarts entre exploitations avec, par exemple, des consommations de carburant allant de 50 à 100 €/ha et d'énergie en bâtiment volailles allant de 60 à 180 kWh/m². "Mieux vaut valoriser l'existant avant d'investir", rappelle Claude Rouxel. Il n'empêche que l'investissement dans des installations peut s'avérer intéressant, tel que l'achat d'un pré refroidisseur du lait, l'amélioration de l'isolation des bâtiments, le passage à un autre mode de chauffage... Des outils sont annoncés. "De nouvelles références de consommation par ha, par litre de lait, mais aussi un diagnostic énergétique destiné aux exploitations".
D'autres se lancent dans la production, séduits par la nouveauté. Mais attention à l'investissement, très lourd. "Avant de se lancer, il faut être accompagné dans sa réflexion", avertit le conseiller. Cet investissement peut-il remettre en cause d'autres projets ? Quelle rentabilité ? Quel financement ? Faut-il créer une société ? Qui à la propriété du sol, des bâtiments ? Sans oublier la dimension fiscale et sociale.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité