Aller au contenu principal

Prix du porc en 2019 : la grande interrogation

Le prix moyen au cadran passe sous la barre des 1,20 €/kg en 2018. Avec la fièvre porcine africaine aux portes de la France, les conflits commerciaux et les humeurs de Trump... l'année 2019 débute dans le flou.

François Pot, président du MPB.
François Pot, président du MPB.
© Terra

En 2018, au Marché du porc breton, le prix moyen s’établit à 1,196 euro, en baisse de 12,7 % par rapport à 2017 (1,37 €). Une moyenne basse qui termine sous la barre des 1,20 €, pas de traditionnelle embellie estivale malgré un été chaud, "des amplitudes de prix dérisoires" et un pic à 1,296 € atteint en septembre. Bref une année qui "ressemble à un long encéphalogramme plat", indique le marché du porc dans sa note.

2018 est également marqué par un écart prononcé avec nos concurrents allemands et espagnols. Ce décalage des prix avec les autres bassins de production a généré des mouvements d'éleveurs (Bonnets roses) lors des cotations du jeudi en septembre dernier et conduit à la dématérialisation du marché du porc durant un mois dans un souci de préservation du marché. C'est dans la plus grande discrétion que le marché a repris en présence des groupements et de quelques acheteurs.

 

Peu de discours, de la prudence

Aussi l'ambiance était loin d'être euphorique au traditionnel repas des vœux du MPB le 17 janvier dernier en présence d'une petite soixantaine d'invités. "Le prix du porc part très bas en janvier, plafonne en été et retrouve un équilibre aux alentours de 1,18 € depuis 10 à 12 semaines, loin de nos coûts de production, conséquence d'une augmentation de production aux USA, en Chine et plus près de chez nous en Espagne...", analyse le président François Pot. L'homme défend la qualité et la légitimité du porc standard, regrettant le manque de valorisation de la viande Le Porc Français. "Force est de constater que nous sommes dans l'incapacité collectivement de raconter une histoire sur les barquettes". Quant à 2019, le président du MPB s'est bien gardé de faire le moindre pronostic. "Ce qui est sûr, le sanitaire, par la fièvre porcine africaine, s'invite plus que jamais à grand pas dans le bal du prix et pèsera sur l'évolution de la production dans le monde". Enfin, il a salué les éleveurs-apporteurs, "les 700 collègues qui au fil de l'année apportent leurs animaux sur le catalogue".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
La réduction des phyto au cœur d’un échange avec les lycées agricoles
Quatre classes de lycées agricoles bretons ont pu participer à un temps d’échange autour de la réduction des produits…
Rendez-vous techniques bio du 5 au 7 octobre
Les chambres d’agriculture de Bretagne vous proposent des Rendez-vous dans différentes filières de production, pour vulgariser…
Publicité