Aller au contenu principal

Produire autrement, nouveau défi pour

Idéa, Nov'agri... Les groupes de développement agricole du Morbihan muent. Sous les habits neufs de leur modernisation, le sens du collectif demeure, au service de projets, de formations, d'actions et d'innovations. Et l'AEI est un cap que dessine l’Union des GVA.

Avec Eric Touzard, à
gauche, Gilles Chauviet, agriculteur à Moyet dans la Sarthe a
témoigné de son expérience en groupe sur l'AEI
Avec Eric Touzard, à
gauche, Gilles Chauviet, agriculteur à Moyet dans la Sarthe a
témoigné de son expérience en groupe sur l'AEI
© claire le clève




On attendait Michel Griffon, le
créateur de l'AEI pour en parler, mais ce n'est qu'un message
enregistré qui aura été diffusé à l'assemblée réunie au siège
du Crédit Agricole du Morbihan pour l'AG de l'UDGVA, mardi dernier.
Car si le papa de l'AEI venait d'être retenu par Stéphane Le Foll,
ministre de l'agriculture, c'était pour y défendre dans la loi «une
formule contractuelle qui redonnerait aux agriculteurs la liberté
d'entreprendre ce que leur empêche l'empilement réglementaire
actuel
». A suivre... Mais pendant ce temps, à Vannes,
Gilles Chauviet, a témoigné concrètement de son engagement dans
l'AEI. Car le concept gène aux entournures. «On nous dit
souvent, comment peut on être écologique et intensif ?
»,
pointe un responsable de GVA depuis la salle. Un semblant de paradoxe
qui pourrait expliquer le retard à l'allumage dont souffre l'AEI
dans le Morbihan. «On n'avance pas aussi vite que les autres»,
constate, à regret, Eric Touzard, président de l'UDGVA sur cette
manière de « produire autrement dont il faut que les
agriculteurs soient les acteurs
». Une nouvelle façon de
faire pourtant «porteuse d'espoir, car au travers de cette
démarche centrée sur l'agronomie, on redonne de l'autonomie
»,
estime Nicole Le Peih, président de l'UDGVA. Il y a donc urgence à
convaincre.





Du confort à la responsabilité et
l'autonomie


C'est par la preuve que
Gilles Chauviet, agriculteur à Moyet dans la Sarthe, ancien
président de l'union des GEDA de ce département est venu faire part
de son expérience. Alors pourquoi changer pour l'AEI ? «Parce
qu'on avait délégué savoirs et compétences à nos techniciens. On
était dans le confort. En cas de problème, on les appelait. J'avais
l'impression de ne plus être qu'un exécutant
». Une situation
inconfortable pour cet éleveur laitier en Gaec, avec porcs et
volailles de Loué. «Avant on avait des groupes thématiques ;
lait...cultures....Or, chaque acte de production est lié à un
autre, on a décloisonné, cela nous a fait travailler sur tout un
tas de choses. On a appelé notre réseau Trame, bâti une action de
formation. On s'est redécouvert dans nos métiers. L'important étant
de trouver des solutions à nos problèmes. Certains avaient trouvé
des choses, pratiquaient depuis 20 ans le non labour. Une somme de
compétences et c'était valorisant. Dès qu'on buttait, on invitait
un chercheur. Non pas pour un cours magistral mais pour répondre à
nos questions
», raconte -t-il . De retour sur leurs
exploitations, les membres du groupe continuent, essaient, échangent
et travaillent en intergroupe. «Cela nous permet de corriger,
d'avoir de meilleurs résultats
». Et s'il n'est pas question de
faire n'importe quoi, «on ne s'interdit rien. J'essaye d'utiliser
des processus plus vertueux mais si je n'y arrive pas je peux garder
un passage chimique. L'intérêt c'est la mixité du travail
».
Changer de pratiques demandera du temps ; «peut être 10 ou
15 ans pour faire 10 quintaux de plus, et une deuxième récolte avec
l'inter-culture, en nourrissant le sol et non plus la plante pour que
l'écosystème fonctionne bien. Pas pour produire plus, plus grand
mais bien, avec ce que l'on a
».


Claire Le Clève


 


Répères





L'Union des GVA, c'est un réseau de 25
associations réparties sur le territoire Morbihannais et dont
certaines, au nord ouest du département viennent de se rénover.
Ainsi Idéa pour la fusion les cantons de Gourin, Le Faouet et
Guéméné sur Scorff et mardi prochain Nov Agri pour celles de
Cléguérec, Pontivy, Rohan mais aussi Baud, Locminé St Jean
Brévelay. Des territoires, 1150 exploitations et plus de 2000
agriculteurs se retrouvent au sein ce réseau de développement. Ce
sont aussi 27 groupes techniques et économiques et 23 groupes
thématiques ou portants des projets territoriaux. Des laboratoires
d'idées, d'actions dans l'échange et le portage collectif. Et ce
sont des partenariats de plus en plus développés pour agir mieux
encore en réseau comme celui qui sera signé, le 11 décembre
prochain entre l'Union des GVA et Breizh Bovin Croissance.


Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité